Le Yémen éprouve des difficultés pour absorber le flux de rapatriés d’Arabie saoudite

Posted: 
07/05/13

Yémen - Le Yémen a demandé à l’OIM de fournir une aide à quelque 200 000 travailleurs migrants yéménites contraints de quitter l’Arabie saoudite depuis le mois d’avril dans le cadre de la répression contre les migrants illégaux présents dans le royaume.

D’après l’OIM au Yémen, dans les prochains mois, le pays pourrait voir d’autres migrants irréguliers rentrer d’Arabie saoudite, suite à la prolongation d’une amnistie de l’Arabie saoudite pour les migrants irréguliers, qui devait normalement prendre fin cette semaine.

Le gouvernement yéménite demande aujourd’hui à l’OIM d’aider les rapatriés vulnérables, dont certains vivraient en Arabie saoudite depuis deux ou trois générations, en leur fournissant de l’aide de base en matière d’abris et d’accès à l’eau (par le biais de la réhabilitation de puits et de l’acheminement d’eau), de l’aide non alimentaire et des kits d’hygiène.

Le gouvernement a également demandé à ce que les installations médicales et autres infrastructures de l’OIM soient mises à disposition des rapatriés yéménites dans la ville frontalière de Haradh.

Actuellement, les infrastructures sont utilisées principalement pour aider les migrants bloqués originaires de la Corne de l’Afrique.

Ces dernières semaines, de nombreux rapatriés yéménites ont été aperçus sur les routes près de Haradh, tentant d’arrêter des camions pour retourner dans leurs villages.

Les rapatriés s’ajoutent à un nombre croissant de migrants souvent démunis qui entreprennent un périple dangereux et onéreux en traversant le Golfe d’Aden depuis la Corne de l’Afrique pour atteindre le Yémen, dans l’espoir de trouver un emploi en Arabie saoudite et dans les pays du Golfe.

Le nombre d’arrivées au Yémen depuis la Corne de l’Afrique serait passé de 34 000 en 2010 à plus de 75 000 en 2011 et 84 000 en 2012. Plus de 35 000 personnes sont arrivées au Yémen pendant les cinq premiers mois de 2013.

Depuis l’installation d’une clôture le long de la frontière avec l’Arabie saoudite, la répression à l’encontre des migrants irréguliers et les assauts lancés dans les camps de passeurs par le Ministère saoudien de la défense, de nombreux autres migrants se sont retrouvés bloqués à Haradh, où environ 25 000 migrants irréguliers démunis vivent actuellement dans des conditions souvent terribles, sans accès adéquat aux abris, à la nourriture, à l’eau et à l’aide médicale.

L’OIM, qui dirige un Centre d’aide pour les migrants (MRC), comprenant notamment une clinique à Haradh, a déjà aidé 19 000 migrants éthiopiens à rentrer chez eux volontairement depuis 2007. Depuis le mois d’avril, l’OIM a aidé 765 autres Ethiopiens, dont un tiers de mineurs non accompagnés, à rentrer chez eux.

Alors que le nombre de migrants bloqués continue de croître, le financement pour le programme s’épuise. Début 2013, l’OIM a été obligée de réduire ses distributions de repas, de fournir moins d’abris et moins d’aide médicale.

Le financement des Nations Unies et les dons en nature du PAM et de l’UNICEF ont permis la reprise des vols en juin et de certains services humanitaires fournis par le MRC. Toutefois, l’OIM au Yémen a encore besoin de 3 millions de dollars pour répondre à l’appel du gouvernement yéménite visant à fournir des abris, de la nourriture, des soins de première nécessité et une protection aux migrants et aux rapatriés, et à financer les vols de retours volontaires pour les migrants éthiopiens bloqués.

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Nicoletta Giordani
OIM Yémen
Email: ngiordano@iom.int
Tel. +967 1 410 568