Les arrivées de migrants par bateau en Europe atteignent les 150 000 en 2015

Posted: 
07/10/15

Greece - L’OIM estime que quelque 150 000 migrants sont arrivés en Europe par la mer à ce jour en 2015. Presque toutes les arrivées ont été enregistrées en Italie (74 947) ou en Grèce (75 970).

Les données fournies par le Ministère italien de l’intérieur montrent qu’au cours des six premiers mois de 2015, quelque 70 354 migrants sont arrivés sur les côtes italiennes, soit une légère hausse par rapport à la même période en 2014, au cours de laquelle 63 884 migrants ont été secourus en mer au 30 juin.

Plus de 1 900 migrants ont perdu la vie dans la Méditerranée jusqu’ici cette année, soit plus de deux fois plus que pendant la même période en 2014. Toutefois, le nombre de victimes a commencé à diminuer en mai, ce qui est probablement dû à l’importante présence de navires de l’Union européenne (UE)/Frontex dans les eaux internationales. Le renforcement de l’opération Triton de l’UE a permis aux forces maritimes de sauver davantage de migrants dans le Canal de Sicile.

La traversée continue toutefois de faire des victimes. Lundi 6 juillet, l’OIM a appris que les dépouilles de cinq migrants, qui seraient partis de Libye, avaient été découvertes dans les eaux au large de la Tunisie. Mardi 7 juillet, quatre migrants ont péri, tandis qu’au moins 15 autres ont été portés disparus dans la Mer Egée, après le naufrage d’un bateau transportant des migrants dans les eaux entre la Turquie et les îles grecques de Farmakonis et d’Agathonisi, d’après les autorités grecques. Quatre autres corps ont été découverts au large de la Tunisie le jeudi 9 juillet.

La nuit dernière, une nouvelle tragédie a été rapportée aux bureaux de l’OIM à Genève et à Rome, faisant état de 12 morts confirmés au large de la côte libyenne. Les circonstances exactes restent inconnues mais le personnel de l’OIM sur le terrain cite les responsables italiens qui déclarent que cette nouvelle tragédie s’est déroulée à environ 65 kilomètres au nord de la Libye.

Le centre des opérations des garde-côtes italiens a reçu un appel de détresse en début d’après-midi et a déployé deux navires de patrouilles en haute mer, le Dattilo et le Corsi, et deux autres navires basés à Lampedusa.

Le personnel de l’OIM rapporte que le Dattilo était le premier navire à atteindre la zone d’où les appels de détresse provenaient. Son équipage a trouvé quatre bateaux pneumatiques surchargés, dont l’un étant décrit comme « partiellement submergé », avec seule la proue restée à flot et sans moteur.

Des opérations de secours ont été immédiatement déployées et l’équipage du Dattilo a réussi à sauver 393 migrants, dont 106 avaient apparemment voyagé à bord du bateau naufragé.

Les corps de 12 migrants ont été découverts au fond du bateau pneumatique. Ces corps étaient sur le pont du Dattilo, à côté de quelques survivants. Les garde-côtes italiens ont continué à patrouiller dans la zone, à la recherche de potentiels migrants disparus mais aucun n’a été retrouvé jusqu’ici, mort ou vivant, a déclaré ce matin Flavio di Giacomo, porte-parole de l’OIM à Rome.

D’après le Projet de l’OIM sur les migrants disparus, les décès de migrants à travers la Méditerranée cette année sont répartis comme suit :

Méditerranée centrale :  1,841
Méditerranée orientale :      55
Méditerranée occidentale/Afrique :  18
Total:     1,914

Le Ministère maritime grec a annoncé que les efforts de secours grecs et turcs ont permis de sauver 19 des 37 à 40 migrants qui se trouvaient à bord du bateau qui a sombré entre la Turquie et les îles grecques jeudi matin. Leur nationalité reste inconnue.

La Grèce est désormais le principal point d’entrée, ce qui pèse énormément sur un pays qui traverse l’une de ses pires crises économiques depuis des décennies.

D’après les garde-côtes helléniques, quelque 900 personnes par jour ont traversé la mer Egée au cours du dernier mois. Pendant la première semaine de juillet, 7 202 migrants sont arrivés en Grèce par la mer. Leurs principaux pays d’origine sont la Syrie, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Iraq et la Somalie. La majorité venait de Syrie.

Jusqu’en 2015, l’Italie était le principal pays de destination des traversées de la Méditerranée. En 2014, elle a reçu plus des trois quarts de toutes les arrivées par la mer (170 000). Au cours de l’année dernière, 34 442 personnes sont arrivées en Grèce, soit moins de 20% du nombre total d’arrivées.

En 2015, le paysage a changé. Au cours des six premiers mois de 2015, 70 354 personnes sont arrivées en Italie, alors que 69 000 sont arrivées sur les îles grecques, soit plus que le nombre total pour toute l’année 2014.

En Italie, les principaux pays d’origine pendant le premier semestre 2015 étaient : l’Erythrée (18 676), le Nigéria (7 897), la Somalie (6 334), la Syrie (4 271) la Gambie (3 593) et le Soudan (3 589). Ces nationalités faisaient également partie des principales nationalités pendant la même période l’année dernière.

L’une des principales différences est la baisse considérable du nombre de ressortissants syriens arrivant en Italie. Ils étaient environ 12 000 pendant la même période en 2014. Les Syriens empruntent aujourd’hui principalement l’itinéraire à l’est de la Méditerranée en passant par la Turquie et la Grèce. Environ 22 582 ressortissants syriens ont atteint la Grèce entre janvier et mai 2015.

« Les itinéraires changent. La composition des flux le long des différents itinéraires se modifie alors que leur nombre continue de croître », déclare Federico Soda, Directeur du Bureau de coordination de l’OIM pour la Méditerranée à Rome.

« L’Italie est touchée par des flux de migration composite, qui nécessitent différentes réponses opérationnelles. Le pays subit l’arrivée non seulement d’un nombre considérable de demandeurs d’asile, mais également d’une grande proportion de migrants à la recherche d’un emploi. Indépendamment de la nationalité, les deux types de migrants doivent être examinés individuellement pour déterminer leur statut. Les bateaux transportant des hommes, des femmes et des enfants qui tentent d’atteindre l’Europe transportent aussi souvent des personnes vulnérables, telles que des victimes de traite et de violence, des mineurs non accompagnés et des femmes enceintes », fait-il remarquer.

Pour aider les migrants arrivant par la mer, les équipes de l’OIM sont déployées dans des points d’entrée clés en Italie, à Lampedusa, en Sicile, au sud du pays et sur les îles de Samos et de Lesvos en Grèce.

L’arrivée en Europe de 150 000 migrants est un chiffre important mais ne peut être considérée comme « une invasion », si l’on considère que l’Europe accueille plus de 500 millions de personnes, d’après Federico Soda. « Le Liban, pays de 4 millions d’habitants, accueille 1,5 million de réfugiés syriens et la Turquie en accueille près de 2 millions », ajoute t-il.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Irini Gerogli, OIM Grèce, Tel: + +30210-991 9040, Ext. 121,

Email: igerogli@iom.int. Ou Flavio Di Giacomo, OIM Italie, Tel: +39 347 089 8996, Email: fdigiacomo@iom.int