Les besoins humanitaires s’intensifient pour 83 000 déplacés à Wau, au Soudan du Sud

Posted: 
07/22/16
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Internally Displaced Persons

Soudan du Sud - Environ 83 100 personnes restent déplacées et nécessitent une aide humanitaire à Wau, au Soudan du Sud, suite aux affrontements fin juin.

Même si l’OIM continue de fournir une aide d’urgence aux déplacés internes dans la ville de Wau, les organismes humanitaires ne parviennent pas à atteindre les déplacés internes réfugiés dans les quartiers du sud de la ville, où l’insécurité entrave grandement l’accès ces dernières semaines.

« Obtenir un accès aux quartiers en périphérie de Wau est essentiel pour fournir de l’aide à quelque 38 000 déplacés qui ont besoin d’aide d’urgence », a expliqué Andrew Gethi, qui dirige les opérations humanitaires de l’OIM à Wau.

Le personnel de l’OIM ne parvient pas à se rendre dans les quartiers du sud de la ville, y compris dans la clinique temporaire de l’OIM à Ngisa. L’insécurité perturbe les projets de rénover les puits de forage au sud de Wau pour faire en sorte que les populations déplacées aient accès à l’eau potable.

Les affrontements fin juin et les accrochages qui ont suivi ont aggravé les besoins existants déjà élevés en raison de l’insécurité qui touche la zone depuis fin 2015.

Les équipes de l’OIM fournissent de l’eau potable à environ 25 000 personnes réfugiées près de la base de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (UNMISS), et fournissent des abris aux déplacés internes près de la base et dans les centres collectifs.

En tant que responsable d’un camp dans une zone protégée située à côté de la base de l’UNMISS, l’OIM a commencé à améliorer le site pour faire face au nombre croissant de déplacés internes et au surpeuplement qui en découle.

Les travailleurs sanitaires de l’OIM gèrent également deux cliniques temporaires à la Croix-Rouge du Soudan du Sud et à la Cathédrale de la ville de Wau, qui dispensent des consultations de santé, des vaccins, des soins maternels et un soutien psychosocial.

Le nombre de personnes cherchant un refuge sur le site de l’UNMISS et à la Cathédrale a rapidement augmenté début juillet en raison des affrontements dans les quartiers voisins. Bien que l’afflux de population se soit stabilisé, de nombreux déplacés internes ont raconté au personnel de l’OIM qu’ils pensaient que leurs quartiers n’étaient toujours pas sûrs et qu’ils auraient besoin de plus d’informations sur les conditions de sécurité avant de prendre la décision de rentrer chez eux.

Les travailleurs humanitaires restent préoccupés par les conditions à Raja, plus au nord-ouest du Bahr el Ghazal occidental, où l’accès aux populations touchées reste restreint depuis les violents affrontements mi-juin qui auraient déplacé des milliers de personnes.

Les conditions de sécurité imprévisibles persistent dans la majorité du pays, y compris dans la capitale, Juba, où les affrontements mi-juillet ont déplacé plus de 15 000 personnes. En plus des inquiétudes concernant l’insécurité alimentaire et l’instabilité politique, les Nations Unies estiment que 6,1 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire au Soudan du Sud cette année.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Ashley McLaughlin, OIM Soudan du Sud, Tel: +254 736654086, Email: amclaughlin@iom.int

Distribution of shelter and non-food item (NFI) kits in Wau town, South Sudan. Photo: IOM/Gonzalez 2016