Les Indiens victimes de traite en Jamaïque aidés par l'OIM témoignent de l'augmentation de la traite depuis l'Inde vers les Caraïbes

Posted: 
08/15/11

Un ressortissant indien victime de traite en Jamaïque pour le
travail forcé, est rentré chez lui aujourd’hui
avec l'aide de l'OIM.

Un total de cinq individus originaires d’Inde,
identifiés par les autorités jamaïcaines,
était exploité dans la même entreprise. Tous
ont été aidés par l'OIM pour rentrer chez
eux.

Leur abri a été fourni par le gouvernement
jamaïcain et plus tard, par la Haute Commission indienne en
Jamaïque.

« La présence de la Haute commission indienne en
Jamaïque était un gros avantage. Souvent, les
représentants consulaires sont absents, ce qui rend la
coordination pour le retour encore plus difficile », explique
Chissey Mueller, chargé du projet de l'OIM.

Au début de l'année, l'OIM et ses partenaires
à St. Martin ont aidé à identifier et à
rapatrier une femme indienne qui était victime de traite
pour la servitude domestique.

Ces cas de traite de femmes et hommes migrants qui ont
été contraints de travailler dans des conditions
d'exploitation dans les Caraïbes, et les cas de trafic
illicite de migrants en Amérique centrale et au Mexique,
indiquent une augmentation du nombre d'Indiens arrivant dans la
région.

Les migrants, victimes de traite et aidés par l'OIM,
avaient reçu des propositions d’emploi et de salaires
élevés par un recruteur local ayant des
associés dans un pays des Caraïbes.

« Il faut environ deux jours et le voyage coûte
quelque 2 000 dollars depuis l’Inde vers un pays des
Caraïbes. Et dans la réalité, ils travaillent 14
heures par jour, sont déçus du travail,
régulièrement menacés et endettés en
raison du coût du voyage », ajoute Chissey Mueller.

Les migrants ont confié se sentir piégés
car l’Inde est loin et ils ne peuvent pas acheter de billets
d’avion car ils n'ont pas reçu les salaires
promis.

L'OIM fournit, au cas par cas, un soutien technique et des
ressources aux partenaires dans les parties anglophones et
néerlandophones des Caraïbes qui aident les migrants
les plus vulnérables (tels que les mineurs et les victimes
de traite) à obtenir un abri, de la nourriture, des soins et
une aide au retour volontaire et à la
réintégration. Plus de 50 victimes de traite dans ces
pays des Caraïbes ont été identifiées et
aidées par l'OIM et ses partenaires depuis 2004.

Les ressources pour ce retour ont été mises
à disposition dans le cadre du projet de l'OIM
intitulé Protéger les migrants vulnérables
dans les Caraïbes, financé par le Bureau de la
population, des réfugiés et des migrations (PRM) du
Département d'Etat américain, et géré
par l'OIM à Washington, D.C.

Le bureau de l'OIM à Hyderabad, en Inde, fournit un
soutien à la réintégration des victimes de
retour des Caraïbes.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Chissey Mueller

OIM Washington D.C.

Tel: + 1 202 862 1826 Ext. 236

E-mail: "mailto:cmueller@iom.int">cmueller@iom.int