Les interventions d’urgence au Niger sont financées par le Japon

Posted: 
05/14/19
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Internally Displaced Persons

Tillabéry - L’Organisation internationale pour les migrations lance un projet d’intervention d’urgence dans la région de Tillabéry au Niger, avec le financement du gouvernement du Japon. L’effort est destiné à durer neuf mois et vise à fournir 1 000 abris d’urgence et 1 000 kits d’aide non alimentaire à 14 500 déplacés internes et aux familles touchées par le conflit le long de la frontière entre le Niger et le Mali. 

Le projet est financé à hauteur de 850 000 dollars. 

En coordination et en coopération avec le Ministère de l’action humanitaire et de la gestion des catastrophes, l’OIM souhaite également améliorer les conditions de vie de la population touchée par la crise en fournissant une aide médicale. 

Depuis 2012, la région de Tillabéry au Niger est touchée par la violence et l’insécurité chez son voisin, le Mali. Ainsi, 49 000 personnes ont été déplacées à travers le Niger. 

Pour faire face à l’insécurité croissante dans la région, le gouvernement du Niger a déclaré, en juin 2018, un état d’urgence dans cinq départements de la région de Tillabéry ; l’ajout de trois autres départements en décembre 2018 porte à huit le nombre total de départements en état d’urgence. 

L’état d’urgence dans la région - et les opérations militaires en cours - accroît les tensions locales. L’an dernier, le Département de la sûreté et de la sécurité des Nations Unies (UNDSS) a enregistré 97 incidents de sécurité à Tillabéry et dans la région voisine de Tahoua. En outre, dans la région de Tillabéry, entre janvier et novembre 2018, 377 incidents de protection ont été rapportés, allant d’agressions à des enlèvements. 

L’OIM est présente au Niger depuis 2006 et participe aux interventions d’urgence depuis 2013, en fournissant des abris et de l’aide non alimentaire. En tant que codirigeante avec le Ministère de l’action humanitaire et de la gestion des catastrophes, l’OIM au Niger facilite également la coordination du groupe des abris et de l’aide non alimentaire. 

La plupart des déplacés internes dans la région vivent actuellement dans des abris improvisés, proches des villages ou des baraquements militaires dans la région. Il s’agit d’abris improvisés dans des conditions très précaires qui manquent d’articles essentiels comme des couvertures, des moustiquaires, des matelas ou des kits d’hygiène. 

Les principales activités de l’OIM dans la région étaient jusqu’ici centrées sur la cohésion sociale et la gestion des frontières. Depuis 2016, l’OIM au Niger dirige une antenne dans le district de Baleyara, dans la région de Tillabéry, ainsi que dans la ville de Tillabéry depuis 2018. 

Compte tenu des déplacements continus à Tillabéry, l’aide humanitaire internationale est plus que jamais nécessaire pour répondre aux besoins toujours croissants des populations vulnérables touchées. 

« Permettre aux personnes de décrire leurs propres besoins et d’y répondre est crucial », a déclaré Peter Kioy, coordonnateur de la réponse d’urgence de l’OIM au Niger. « L’intervention proposée a été élaborée de sorte qu’en plus de fournir une aide immédiate à la population vulnérable touchée, elle contribue à renforcer la résilience des bénéficiaires et à réduire les risques à venir », a ajouté M. Kioy. 

Le groupe chargé de la protection estime qu’en 2019, 195 000 personnes auront besoin d’une protection dans les régions de Tillabéry et de Tahoua et que l’accès à l’aide humanitaire pour la population touchée restera un problème en raison des risques de sécurité, en particulier pendant la saison des pluies qui approche. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Monica Chiriac, OIM Niger, Tel : +227 8931 8764, Email : mchiriac@iom.int

  • Des communautés déplacées à Diffa, au Niger. Photo : Monica Chiriac/OIM