Les missions de l’OIM au Soudan du Sud intensifient leur aide humanitaire aux familles suite aux attaques à Abyei

Posted: 
01/28/20
Themes: 
Humanitarian Emergencies

Juba - Au moins 33 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées et un nombre inconnu a été blessé pendant l’attaque contre Kolom, située à environ neuf kilomètres de la ville d’Abyei, mercredi dernier. Des enfants auraient été enlevés pendant l’incident. 

« Nous sommes profondément attristés par les pertes humaines causées par cet évènement qui s’est produit à Kolom la semaine dernière », a déclaré Jean-Philippe Chauzy, chef de mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Soudan du Sud. « Nous travaillons avec ces communautés et il est déchirant d’être témoin de cette situation. » 

D’après une évaluation rapide interorganisations réalisée le 24 janvier, environ 4 000 personnes ont fui vers Abyei. En partenariat avec les communautés humanitaires des Nations Unies et des ONG internationales, les missions de l’OIM au Soudan du Sud et au Soudan ont engagé des mesures. Soixante-dix foyers ont reçu une aide humanitaire immédiate comprenant des couvertures, du linge de lit et des matelas, des jerricans, du savon, des bâches en plastique et de la corde en caoutchouc pour fabriquer des abris temporaires. 

Cependant, environ 3 600 personnes réfugiées dans cinq autres endroits de la ville d’Abyei ont toujours besoin d’une aide d’urgence. Avec le soutien de l’Unité du réseau principal, qui est le dépôt central d’articles de secours de l’OIM au Soudan du Sud, d’autres articles de secours tels que des moustiquaires et des lampes solaires sont acheminées depuis Juba vers Abyei par voies aérienne et terrestre cette semaine. L’OIM coordonne également l’aide WASH et a commencé à creuser des latrines d’urgence dans l’école secondaire pour garçons d’Abyei, où la majorité des 230 familles de Kolom ont trouvé refuge. 

« Dans de telles situations, nous savons que les habitants fuient dans différentes directions », a déclaré Asar Ul Haq, coordonnateur du Programme de l’OIM au Soudan du Sud. « A ce jour, notre aide immédiate n’est parvenue qu’aux familles déplacées dans le centre d’Abyei mais nous avons l’intention d’aider toutes les familles touchées par cette tragédie et les conclusions de l’évaluation conjointe feront la lumière sur le type d’aide nécessaire et le lieu. » 

L’OIM œuvre dans les quatre comtés qui forment le « carré » d’Abyei depuis 2010, en répondant aux urgences humanitaires et en collaborant avec les communautés locales, principalement les Misseriya et les Ngok-Dinka, afin d’atténuer le conflit et de renforcer la cohésion sociale entre les deux groupes. 

En raison des tensions de longue date, de violents affrontements entre les communautés agropastorales Ngok Dinka et les éleveurs de bétail Misseryia, dont les itinéraires de pâturages saisonniers traversent Abyei, ont provoqué plusieurs vagues de déplacement de la communauté Ngok Dinka et la destruction des infrastructures publiques. 

« Les récentes attaques obscurcissent les efforts visant à organiser une conférence sur la transhumance du bétail destinée à trouver un terrain d’entente pour la coexistence amicale des Misseriya et des Ngok-Dinka, et à trouver des solutions pour réduire les affrontements liés au couloir migratoire et au vol de bétail », a ajouté M. Chauzy.

Les activités de transition et de relèvement de l’OIM au Soudan du Sud, notamment la réponse aux inondations qui concernent environ 8 000 familles, ont été temporairement interrompues. 

« Cette attaque est très préoccupante car elle retarde d’autres activités essentielles dans la région », a conclu M. Chauzy.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Liatile Putsoa, OIM Soudan du Sud, Tel. +211912380104, email : lputsoa@iom.int

  • Le personnel de l’OIM au Soudan du Sud prépare des vêtements et des articles ménagers à distribuer aux survivants de l’attaque du 22 janvier dans la ville de Kolom qui a coûté la vie à 33 personnes et contraint des milliers d’autres à fuir vers la ville voisine d’Abyei. Photo : OIM 2020

  • Des survivants de l’attaque du 22 janvier dans la ville de Kolom, qui a coûté la vie à 33 personnes et contraint des milliers d’autres à fuir vers la ville voisine d’Abyei, quittent un point de distribution de l’OIM avec des vêtements et des articles ménagers. Photo : OIM 2020