Les pêcheurs birmans victimes de traite rentrent d’Indonésie

Posted: 
05/15/15

Myanmar - Plus de 500 pêcheurs originaires du Myanmar sont sur le chemin du retour après un calvaire de plusieurs années d’esclavage dans les eaux au large de l’Indonésie. 

Depuis que le Ministère indonésien des affaires maritimes et de la pêche est intervenu pour secourir et évacuer ces victimes de traite il y a deux mois, l’OIM travaille en coopération étroite avec les gouvernements concernés pour permettre leur rapatriement.

L’OIM en Indonésie est présente sur l’île de Tual, où les pêcheurs secourus sont logés, et fournit de la nourriture, de l’eau et une aide médicale, aux côtés des autorités indonésiennes.

« L’OIM salue l’action rapide du gouvernement indonésien pour héberger ces hommes dans un lieu plus sûr et l’initiative du gouvernement birman d’organiser des vols charter pour ramener les victimes chez elles. Ces hommes ont tous vécu un terrible calvaire et la principale priorité est désormais de les ramener chez eux en toute sécurité », a déclaré Kieran Gorman-Best, chef de mission de l’OIM au Myanmar.

Le rapatriement a été rendu possible grâce à l’aide des gouvernements indonésien, birman, australien, américain et norvégien.

Le gouvernement birman affrète deux vols vers l’île d’Ambon pour effectuer la connexion avec les vols domestiques organisés par l’OIM. Jeudi 14 mai, le premier avion avec 125 victimes birmanes à bord est rentré au Myanmar et un autre avion partira ce week-end. Deux autres vols suivront dans les prochaines semaines.

L’opération a été facilitée par le gouvernement birman, notamment par son ambassade à Jakarta, par le Corps central pour l’éradication de la traite (CBTIP), par la Division de lutte contre la traite des personnes des forces de police birmanes, par le Ministère des affaires intérieures et par le Département de la protection sociale du Ministère de la protection sociale, du secours et de la réinstallation.

La majorité des Birmans provient de la région du Delta et du sud-est du pays, principalement des zones côtières d’Ayeyarwady, de Mon, de Thaninthariy, de Bago, de Yangon et de Kayin. La plupart sont âgés de 21 à 40 ans et ont un niveau d’éducation primaire ou intermédiaire.

Au cours des deux dernières années, plus de 287 victimes de traite birmanes ont été rapatriées depuis l’Indonésie, dont la majorité était victimes de traite à bord de chalutiers.

« L’une des plus grandes inquiétudes concerne aujourd’hui l’aide à la réintégration, car nous savons que de nombreux hommes rentreront dans leur famille endettés et avec des besoins médicaux et psychosociaux. Nous ne pouvons pas non plus oublier qu’ils doivent recevoir leurs salaires et devons nous assurer que des mesures soient prises contre les trafiquants qui ont profité de ce commerce », a déclare M. Gorman-Best.

L’OIM en Indonésie et les autorités indonésiennes continueront de rechercher et de secourir d’autres pêcheurs qui seraient bloqués dans d’autres endroits isolés en Indonésie. L’OIM et le Ministère indonésien des affaires maritimes et de la pêche se trouvent actuellement sur l’île de Benjina pour organiser les évacuations de tous les citoyens birmans restants vers l’île de Tual, puis vers leur pays.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Kieran Gorman-Best, OIM Myanmar, Email: kgormanbest@iom.int, Tel. +95 943171025 ou Mark Getchell, OIM Indonesia, Email: mgetchell@iom.int, Tel. +62-21-5795-1275

Les premiers de centaines de pêcheurs birmans arrivent au pays après avoir été libérés de conditions de quasi-esclavage à bord de chalutiers au large de l’Indonésie. © OIM 2015