Les pêcheurs du Myanmar victimes de traite retournent chez eux depuis l’Indonésie

Posted: 
08/22/14

Indonésie - Les missions de l’OIM au Myanmar et en Indonésie ont organisé une opération conjointe pour rapatrier un groupe de 14 ressortissants du Myanmar victimes de traite à bord de chalutiers thaïs dans les eaux indonésiennes en début d’année.

Les hommes, tous recrutés dans le même village à l’ouest du Myanmar avec une promesse d’emploi bien rémunéré en Thaïlande, ont d’abord subi deux mois de travail manuel forcé au sud de Bangkok. Selon l’une des victimes rapatriées, ils ont ensuite été « vendus » au capitaine d’un chalutier pour 30 000 bahts par personne (935 dollars). Pendant les cinq mois qui ont suivi, ils ont été exploités 20 heures par jour, victimes de violences aux mains de l’équipage, de privation de nourriture et de sommeil et de refus de paiement.

En juin, lors d’une escale sur l’île d’Ambon en Indonésie, les membres d’équipage birmans ont quitté le bateau et ont contacté leurs proches au Myanmar, qui ont ensuite alerté la Division de lutte contre la traite des personnes du gouvernement du Myanmar (ATIPD) et l’OIM. Une opération de secours, qui a duré une semaine, a ensuite été lancée avec le Bureau de l’immigration d’Ambon.

Le 20 août, les rapatriés ont été accueillis à l’aéroport international de Yangon par le personnel de l’OIM et les responsables de l’ATIPD. L’opération de retour volontaire porte à 118 le nombre d’hommes birmans exploités dans l’industrie piscicole qui ont reçu l’aide de l’OIM pour rentrer chez eux depuis avril 2013. A ce jour, l’OIM a financé 15 opérations de retour pour rapatrier les pêcheurs birmans victimes de traite en Indonésie.

« Quand l’opération de secours a été lancée, le personnel de l’OIM était sur le terrain à Ambon pour s’entretenir avec les hommes et leur proposer une aide immédiate. Nous avons travaillé en coopération étroite avec le Directorat-général de l’immigration pour s’assurer que leurs besoins immédiats, notamment d’abris, de nourriture, de kits d’hygiène de base et de vêtements, étaient satisfaits plusieurs mois avant leur retour d’aujourd’hui », a déclaré Denis Nihill, chef de mission de l’OIM en Indonésie.

« La collaboration entre les partenaires de la lutte contre la traite au Myanmar et en Indonésie a été décisive dans ce cas. L’OIM adresse ses remerciements à ses homologues indonésiens, à l’ATIPD du Myanmar et à l’ambassade du Myanmar à Jakarta pour leur intervention qui a permis à ces hommes d’être réunis avec leurs proches », a ajouté Kieran Goran-Best, chef de mission de l’OIM au Myanmar.

L’OIM met actuellement en œuvre un programme de lutte contre la traite financé par le Département d’Etat américain en Indonésie, alors que le Programme de coopération régionale financé par l’Australie couvre les coûts de rapatriement des victimes au Myanmar.

Dans le même temps, au Myanmar, l’OIM dirige un programme de lutte contre la traite financé par le Département d’Etat américain. Il est centré sur l’aide technique fournie au gouvernement afin de renforcer son cadre national de protection des victimes. L’OIM est également la principale organisation au Myanmar qui fournit de l’aide aux hommes victimes de traite.

Le nombre croissant d’hommes victimes de traite en Asie représente un défi permanent pour l’OIM et les responsables gouvernementaux qui doivent répondre à leurs besoins. Il est souvent difficile pour les hommes de reconnaître qu’ils sont victimes de traite et pour les autorités de les considérer comme tel, ce qui peut compliquer les tentatives d’aide. De nombreux abris et autres services fournis aux victimes de traite sont traditionnellement conçus pour les femmes et les enfants, dont les besoins peuvent être très différents de ceux des hommes. L’OIM œuvre actuellement dans la région en vue de renforcer sa réponse face à ses défis.

Pour plus d’informations en Indonésie, veuillez contacter

Denis Nihill
Email : dnihill@iom.int
Tel. +62 811 8890199

Pour plus d’informations au Myanmar, veuillez contacter

Maciej Pieckowski
Email : mpieczkowski@iom.int
Tel. +95 1 210 588 Ext. 5006