Les ressortissants du Myanmar sans papiers dans les camps du Bangladesh à la frontière nécessitent une protection et une aide humanitaire accrues

Posted: 
10/11/16

Bangladesh - L’OIM, organisation des Nations Unies chargée des migrations, intensifie son initiative de « protection par la présence » à l’intérieur et aux alentours des installations informelles de migrants dans la région de Cox’s Bazar, au sud-est du Bangladesh.

Davantage de personnel a été déployé dans la zone pour travailler avec la communauté afin de réduire les plaintes quotidiennes et de faciliter la communication avec la communauté locale et les agences du maintien de l’ordre.

« La situation humanitaire ici est fragile et ne bénéficie pas de l’attention qu’elle nécessite », a fait remarquer Mohhamed Abdiker, Directeur des opérations d’urgence de l’OIM, lors d’une récente visite à Cox’s Bazar.

« Des dizaines de milliers de personnes sont exposées à la malnutrition, à la maladie et à la violence, en raison de l’accès insuffisant à l’eau et aux installations sanitaires et à la vulnérabilité généralisée de la communauté Rohingya déplacée. Nous coordonnons l’aide humanitaire ici depuis 2013 et même si des améliorations ont eu lieu, l’insuffisance générale de services essentiels dans la zone rend la planification de la réponse plus complexe. »

L’OIM est particulièrement préoccupée par les violences sexuelles. En plus d’améliorer les infrastructures, notamment les espaces de lavage et l’éclairage de nuit dans les installations de fortune, l’OIM a déployé du personnel sur le terrain formé pour lutter contre les violences sexuelles afin d’aider les ressortissants du Myanmar sans papiers à comprendre et à rechercher l’aide pour répondre à leurs besoins de protection.

En outre, en partenariat avec l’UNICEF, l’OIM démarre un programme éducatif non officiel ciblant 10 000 enfants et adolescents sans papiers. Un nouveau centre de soins de l’OIM de 10 lits, ouvert 24 heures sur 24 pour le camp de déplacés de Leda viendra également en aide à quelque 20 000 sans papiers et habitants locaux dans la zone isolée.

La clinique servira également de base pour les opérations de couverture nutritionnelle du Programme alimentaire mondial des Nations Unies, pour le projet de traitement des malnutris d’Action contre la Faim et pour permettre à Handicap International de dispenser une thérapie aux personnes handicapées.

« La coordination sauve des vies et il est impressionnant de voir à quel point le partenariat entre l’OIM, le gouvernement, les Nations Unies et les ONG partenaires fait la différence face aux ressources limitées », a déclaré Mohammed Abdiker.

Les nouveaux projets s’ajoutent aux programmes existants de santé, d’eau/d’assainissement et d’hygiène que l’OIM met en œuvre sous les auspices de la Stratégie du gouvernement pour les réfugiés du Myanmar et les sans papiers depuis 2013.

Parmi les principales réalisations figurent la construction de plus de 250 points d’eau autour des installations de fortune et dans les villages alentours, l’installation d’un réseau de distribution d’eau approvisionnant 15 litres d’eau par personne et par jour à 15 000 personnes dans le camp de Leda.

En collaboration avec le gouvernement et d’autres partenaires des Nations Unies et ONG, l’OIM a pu fournir des soins de santé primaire par l’intermédiaire d’équipes médicales soutenues par l’OIM dans six installations sanitaires du gouvernement traitant 187 217 cas. Cette année, elle a organisé 210 opérations de chirurgie générale et renvoyé 2 174 cas graves vers des hôpitaux plus compétents.

« Nous avons le privilège de nous être vus confier ce rôle de coordinateur par le gouvernement », a déclaré Sarah Dash, chef de mission de l’OIM au Bangladesh. « L’OIM pense qu’en réunissant les avantages comparatifs des différentes institutions gouvernementales, des Nations Unies et des ONG locales, nous avons augmenté l’efficience et l’efficacité des différents services humanitaires. »

« L’administration du district fait de son mieux pour soutenir l’OIM et d’autres organisations internationales en participant à la coordination des services humanitaires pour les sans papiers à Cox’s Bazar », a déclaré Mohammed Ali Hossen, représentant du gouvernement chargé du district.

Le programme cible les sans papiers et les segments de la population les plus pauvres près des installations de fortune, soit environ 100 000 personnes. Les principaux donateurs pour ce programme sont : l’ECHO (UE), le PRM (USA), la SIDA (Suède), le DFID (Royaume-Uni) et le CERF (ONU).

Pour plus d’informations, veuillez contacter Peppi Siddiq, OIM Bangladesh, Tel. +8802 55044811, Email pksiddiq@iom.int

Undocumented Myanmar families in Bangladesh. File photo: Al Jazeera.