Les retours de migrants depuis le Yémen sont reportés en raison du déplacement provoqué par l’offensive à Hodeida

Posted: 
06/22/18
Themes: 
Assisted Voluntary Return and Reintegration, Humanitarian Emergencies

Sana’a - En raison de l’offensive en cours, l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, est contrainte de reporter son aide au retour humanitaire volontaire aux migrants bloqués à Hodeida jusqu’à nouvel ordre. Ces mêmes opérations militaires ont, à ce jour, contraint 5 775 Yéménites à fuir leur domicile dans le secteur d’Hodeida depuis mercredi dernier (13/06). Ce chiffre devrait augmenter dans les prochains jours.

« Il y a quelques semaines, il était presque inimaginable que la situation au Yémen - déjà considérée comme la pire crise humanitaire du monde - puisse se détériorer à ce point en raison de l’offensive militaire », a déclaré Sarat Dash, chef de mission de l’OIM au Yémen. « Nous appelons les parties au conflit à respecter la vie humaine, qu’il s’agisse de ressortissants yéménites ou de migrants pris dans le conflit », a-t-il ajouté.

Jeudi dernier (14/06), l’OIM a annulé une opération de retour humanitaire volontaire qui aurait aidé plus de 200 migrants à rentrer chez eux depuis la zone de guerre via le port d’Hodeida. En outre, un nombre inconnu - mais estimé à plusieurs milliers - de migrants sont bloqués près des lignes de front. Suite aux bombardements intensifs et aux frappes aériennes près du poste d’intervention de l’OIM pour les migrants à Hodeida, 22 migrants ont été immédiatement évacués vers Sana’a, où ils sont actuellement hébergés dans des familles d’accueil. Ils sont traumatisés par cette expérience et les psychologues de l’OIM les ont pris en charge.

En 2017, l’OIM a aidé 2 860 migrants à rentrer au Yémen, dont 746 étaient des migrants rapatriés volontairement par le port d’Hodeida. La majorité était d’origine éthiopienne mais il y avait également des migrants sri lankais, indiens, nigérians et pakistanais. A ce jour en 2018, l’OIM a aidé plus de 430 migrants à rentrer chez eux par le port d’Hodeida. Le nombre de migrants vivant ou passant par le Yémen est inconnu mais l’OIM estime qu’environ 100 000 migrants sont entrés dans le pays en 2017, principalement en route vers les pays du Golfe.

« Le retour humanitaire volontaire est une bouée de sauvetage pour de nombreux migrants, qui se retrouvent bloqués au Yémen. Sans cette aide, les migrants sont contraints à passer plus de temps en zone de guerre, mettant leur vie en péril et provoquant une détresse importante chez des personnes qui ont déjà énormément souffert », a déclaré Sarat Dash.

L’intensification du déplacement provoqué par l’offensive s’ajoute aux plus de 89 000 personnes déjà déplacées à l’intérieur du gouvernorat avant l’offensive militaire actuelle. Les partenaires humanitaires préparent une intervention pour 60 000 familles déplacées à l’intérieur du pays (environ 420 000 personnes) à travers 12 postes de services humanitaires et sites de transit. Il s’agit aussi bien de déplacés de longue date que de déplacés plus récents.

En raison de l’accroissement du déplacement, le poste d’intervention pour migrants de l’OIM est devenu un centre, non seulement pour le soutien général aux migrants vulnérables, mais également pour l’aide humanitaire aux Yéménites déplacés à l’intérieur du pays. Il est actuellement le plus grand centre du genre dans la zone. A ce jour, l’OIM et ses partenaires ont fourni de la nourriture, une aide financière, un transport, des soins de santé et un soutien psychosocial à près d’un millier de personnes par le biais du centre.

« Bon nombre de déplacés que j’ai rencontrés sont dans une grande détresse après avoir été pris dans l’offensive et la plupart d’entre eux arrivent au centre affamés et n’ont souvent pas mangé depuis plusieurs jours », a déclaré Alisher Makhkamov, qui supervise les opérations de l’OIM à Hodeida dans le cadre d’une équipe interoganisations, qui comprend des représentants de l’UNICEF, du HCR, du PAM, de l’OMS et de l’OIM.

Outre les quatre médecins que l’OIM a déployés dans trois centres de santé à Hodeida, l’OIM a dépêché une équipe médicale mobile dans une ambulance composée d’un médecin et de trois infirmières à Hodeida afin de répondre aux besoins médicaux urgents des populations touchées. Une équipe médicale mobile et cinq ambulances seront déployées dans les prochains jours.

« La sécurité de notre personnel est primordiale et nous exhortons les parties au conflit à ouvrir un espace permettant aux humanitaires de travailler en toute sécurité, afin de garantir leur accès aux populations pour qui ils mettent leur vie en danger », a conclu Sarat Dash.

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’OIM au Yémen, Saba Malme, Tel. +967 736 800 329, email : smalme@iom.int ou Olivia Headon, siège de l’OIM, Tel. +41 22 79 40 35 365, email : oheadon@iom.int

  • Migrants stranded in Hudaydah are forced to wait for the resumption of IOM's return assistance. Photo: IOM

     

  • Migrants stranded in Hudaydah are forced to wait for the resumption of IOM's return assistance. Photo: IOM