Les victimes d'une attaque à la grenade en Somalie ont reçu de l'aide pour retourner chez elles

Posted: 
03/11/08

Un groupe de 33 Éthiopiens victimes d'une attaque à
la grenade dans la ville portuaire somalienne de Bossasso
début février, ainsi que des proches, ont
été reconduits chez eux aujourd'hui en toute
sécurité par l'OIM.

Le groupe est rentré en avion à Dire Dawa, ville
située dans l'est de l'Éthiopie, accompagné de
membres de l'OIM du bureau d'Hargeisa qui ont travaillé en
étroite collaboration avec les autorités pour
organiser ce retour. Ces dernières ont fourni un important
soutien en matière de sécurité et de
logistique, y compris pour le transport des victimes entre
l'hôpital et l'aéroport.

L'attaque du 6 février a tué 22 personnes et
blessé 74 autres, principalement des migrants
éthiopiens qui entreprenaient la traversée
périlleuse du Golfe d'Aden pour se rendre au Yémen
grâce aux réseaux de contrebande.

Vingt-et-un des 33 personnes rapatriées souffrant
notamment de fractures ou d'amputations et ayant besoin
d'être hospitalisées d'urgence seront admises à
l'hôpital général de Dire Dawa. Les victimes,
qui, depuis l'attaque, se trouvaient dans un hôpital de
Bossasso, ont suscité un immense élan de compassion
au sein de la communauté locale. Néanmoins, en raison
des équipements limités de l'hôpital, les
blessures ouvertes s'infectent et les fractures ne se sont toujours
pas traitées.

Une fois que la situation médicale des victimes se sera
stabilisée, l'OIM apportera à celles-ci une
assistance psycho-sociale. L'organisation s'occupera
également de leur rééducation et de leur
réintégration dans leur communauté d'origine
grâce à d'autres acteurs humanitaires lorsqu'elles
seront rentrées chez elles.

Les rapatriés, parmi lesquels ne se trouve qu'une seule
femme, viennent du sud-ouest et du nord de l'Éthiopie.
Retrouver leur famille, leur destination exacte et contacter leurs
proches n'a pas été facile, du fait notamment de
l'isolement de leur village et de la faiblesse des réseaux
de communications. Cependant, les familles qui ont pu être
contactées par l'OIM ont fait preuve d'un grand enthousiasme
pour rejoindre et aider les victimes.

"Nous devons encore retrouver les familles de toutes les
victimes," confie Bill Lorenz, chef des opérations de l'OIM
dans la région. "Certains des migrants sont toujours sous le
choc de ce qui leur est arrivé; retourner chez eux les rend
nerveux. Nous espérons que leur traumatisme sera moindre et
qu'ils nous aideront à retrouver leur famille une fois
qu'ils seront de retour en Éthiopie."

En association avec le UNHCR, l'OCHA et le Conseil danois pour
les réfugiés, les bureaux de l'OIM de la
région ont œuvré pour fournir de l'aide et des
informations aux migrants se rendant à Bossasso dans le
Puntland, plaque tournante importante de la migration clandestine
pour les Somaliens et les Éthiopiens à la recherche
de protection ou de meilleures opportunités d'emploi dans le
Golfe et au-delà. La traversée du Golfe d'Aden est
particulièrement dangereuse: d'après l'UNHCR, en
2007, 1 400 migrants sont morts ou ont été
portés disparus.

Beaucoup de migrants éthiopiens restent à Bossasso
malgré le changement des conditions climatiques qui rendent
la traversée trop dangereuse pour les petites embarcations.
La plupart des Éthiopiens désirent maintenant rentrer
chez eux, en partie à cause de l'attaque à la
grenade, qui a mis en évidence la méfiance de
certains membres de la communauté locale à
l'égard de ce groupe de migrants.

Afin de renforcer les capacités des autorités de
contrôle de l'immigration du Puntland pour faire face
à la crise permanente des migrations dans la région,
l'OIM va débuter prochainement un nouveau programme.
Celui-ci complétera d'autres projets dans la Corne de
l'Afrique visant à aider les autorités du Puntland
à développer des politiques migratoires et à
former des agents de contrôle de l'immigration pour
améliorer les capacités des autorités à
résoudre les problèmes de migration.

Dans le même temps, en Éthiopie, l'OIM a
lancé une campagne d'information sur la lutte contre la
contrebande et la traite, destinée aux migrants potentiels
des régions rurales du pays.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Alem Brook

OIM Addis

E-mail: "mailto:abrook@iom.int" target="_blank" title=
"">abrook@iom.int

ou

Iulian Circo

Dire Dawa

Tél.: +25290660016

E-mail: "mailto:icirco@iom.int" target="_blank" title=
"">icirco@iom.int 

ou

Ashraf El Nou

OIM Kenya

E-mail : "mailto:elnournbo@iom.int" target="_blank" title=
"">elnournbo@iom.int

© IOM 2008