L’OIM achemine de l’eau potable aux déplacés à Aburoc, Soudan du Sud

Posted: 
03/14/17

Soudan du Sud - L’OIM fournit actuellement de l’eau potable à plus de 24 200 personnes vulnérables à Aburoc, dans l’Etat sud-soudanais du Nil supérieur. Parmi eux se trouvent environ 17 000 déplacés internes qui ont fui les affrontements à Wau Shilluk fin janvier, abandonnant leurs maisons avec peu d’affaires et ajoutant une pression supplémentaire sur les ressources déjà limitées de la communauté d’accueil.

Une équipe de préparation et de réponse d’urgence de l’OIM a été déployée à Aburoc, dans le comté de Fashoda, le 7 mars, pour débuter une opération d’acheminement d’eau salubre indispensable aux déplacés internes et à la communauté d’accueil.

« Avant le début de l’opération, les déplacés internes avaient accès à une quantité d’eau limitée, en-dessous des besoins élémentaires, et la plupart d’entre eux dépendaient de puits peu profonds et contenant de l’eau sale qui s’asséchaient en deux ou trois jours », explique Antonio Torres, coordinateur du projet d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) de l’OIM. « L’acheminement d’eau est un soulagement immédiat pour les populations désespérées », a-t-il ajouté.

Lors d’une mission d’évaluation fin février, les personnes déplacées ont indiqué qu’elles étaient épuisées après avoir marché de longues distances au départ de Wau Shilluk vers Kodoc puis Aburoc à la recherche d’une sécurité, d’eau et de nourriture. Les organismes partenaires estiment qu’environ 85 pourcent de la population déplacée à Aburoc est composée de familles dirigées par des femmes.

Le cluster chargé de la logistique, dirigé par le Programme alimentaire mondial, a distribué 7 tonnes métriques de fournitures, notamment des matériaux pour construire un système de traitement de l’eau de surface (SWAT), à Aburoc le 4 mars. Les fournitures comprenaient également des citernes d’eau pour permettre l’acheminement immédiat de l’eau.

L’accès à l’eau salubre aidera à prévenir la propagation de maladies transmises par l’eau, comme le choléra, qui sont particulièrement dangereuses dans une communauté déjà affaiblie par le déplacement et le manque de services.

Les affrontements à Wau Shilluk fin janvier ont contraint l’OIM à interrompre l’opération d’enregistrement biométrique dans la zone. La majorité de la population civile, estimée à environ 24 000 personnes, a fui Wau Shilluk, principalement vers Kodoc et Aburoc. Un nombre inconnu est resté dans les environs de Wau Shilluk.

L’opération d’urgence à Aburoc est financée par une subvention du Fonds de réponse rapide du Bureau de l’USAID chargé de l’aide en cas de catastrophe à l’étranger, qui finance actuellement 11 opérations d’urgence à travers le pays en matière de santé, de nutrition, de protection et de services WASH.

Les populations vulnérables dans le comté de Fashoda vivent dans une grave insécurité alimentaire en raison de la crise prolongée, dont environ 100 000 dans des conditions de famine dans l’Etat d’Unité et environ un million exposé au risque de famine sans aide humanitaire régulière.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Ashley McLaughlin, OIM Soudan du Sud, Tel: +211 922 405 716, Email: amclaughlin@iom.int

Internally displaced persons (IDPs) fetch water from an unreliable source in Aburoc before IOM water trucking began. Photo: IOM / Luce 2017