L'OIM aide 142 migrants bloqués à rentrer chez eux au Burkina Faso depuis la Libye

Posted: 
11/01/16

Libye – La semaine dernière, l’OIM a aidé 142 migrants burkinabés bloqués, dont un migrant nécessitant des soins médicaux, à rentrer chez eux depuis la Libye.

Le rapatriement, effectué en collaboration étroite avec les autorités libyennes, l’Ambassade du Burkina Faso à Tripoli et le bureau de l’OIM au Burkina Faso, a eu lieu par vol charter parti de l’aéroport de Mitiga à Tripoli et arrivé à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Avant le départ, tous les migrants ont été hébergés dans un abri installé par l’Ambassade du Burkina Faso à Tripoli, où le personnel de l’OIM en Libye leur a fourni de la nourriture, des boissons et des kits d’hygiène. Une patrouille mobile du Comité de sécurité de Tripoli a escorté les bus jusqu’à l’aéroport de Mitiga.

Parmi les migrants se trouvait Feras*, 30 ans, qui avait migré en Libye pour trouver du travail. Un jour, une voiture s’est arrêtée près de lui alors qu’il marchait sur le bord de la route et le conducteur lui a ordonné de monter à bord. Lorsqu’il a refusé, l’un des passagers a commencé à tirer. Feras a été touché plusieurs fois avant que la voiture ne s’éloigne, le laissant en sang sur le trottoir. Grièvement blessé, il a été admis à l’hôpital Abu Saleem à Tripoli. Souffrant de plusieurs fractures aux jambes, il a été immédiatement amené au bloc opératoire et après deux mois de traitement intensif, l’Ambassade du Burkina Faso a coordonné les opérations avec l’OIM et a organisé son retour chez lui. Reconnaissant du soutien apporté, Feras est aujourd’hui de retour dans son pays.

A son retour au Burkina Faso, Feras et les autres migrants ont été accueillis par le Ministère des affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabés à l’étranger, la Solidarité nationale et la société familiale et par le Bureau de l’OIM au Burkina Faso. En outre, tous les migrants ont reçu une aide financière pour faciliter leur transport vers leur destination finale à l’intérieur du pays. Par ailleurs, 20 des migrants les plus vulnérables ont reçu un aide à la réintégration en nature.

Le financement pour le vol charter a été donné par le Fonds central des Nations Unies pour les interventions d’urgence (CERF), le Ministère norvégien des affaires étrangères, la Mission permanente de l’Italie auprès des Nations Unies et des organisations internationales.

Feras n’est pas le vrai nom du migrant.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Othman Belbeisi, OIM Libye, Tel: +216 29 600389, Email: obelbeisi@iom.int ou Ashraf Hassan, Tel +216 29 794707, Email: ashassan@iom.int