L’OIM aide 160 migrants au retour humanitaire volontaire malgré le conflit armé

Posted: 
04/12/19
Themes: 
Assisted Voluntary Return and Reintegration

Tripoli – L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) continue de fournir une aide au retour humanitaire volontaire aux migrants bloqués en Libye et qui souhaitent rentrer chez eux, malgré le conflit armé qui perdure à Tripoli et les conditions difficiles sur le terrain.

Hier soir (11/04), l’OIM en Libye a affrété un vol vers le Mali pour 160 migrants, suivi d’un transfert vers la Côte-d’Ivoire et le Burkina Faso. Les 160 migrants à bord étaient de différentes nationalités, notamment 99 Maliens, 51 Ivoiriens et 10 Burkinabés. Parmi eux se trouvaient 16 enfants et 20 femmes.

L’avion est parti de l’aéroport de Mitiga à Tripoli et est arrivé à Bamako à minuit. Les migrants de Côte-d’Ivoire et du Burkina Faso poursuivront leur voyage le 12 avril. Ces 160 migrants font partie des 188 que l’OIM a aidés depuis le 5 avril, lorsque les violences se sont intensifiées, rapatriant ces individus chez eux en toute sécurité de Tripoli jusqu’en Sierra Leone, en Somalie, au Mali, en Côte-d’Ivoire et au Burkina Faso.

Au milieu des affrontements actuels, le personnel de l’OIM a travaillé en collaboration étroite avec les autorités libyennes pour assurer l’arrivée en toute sécurité de tous les migrants en provenance de différents centres de détention et zones urbaines de Tripoli à l’aéroport de Mitiga. L’aéroport a été brièvement affecté par le conflit armé cette semaine.

« Nous continuons de soutenir le retour sûr et digne des migrants dans leur pays d’origine », a déclaré Othman Belbeisi, chef de mission de l’OIM en Libye. « Nos équipes travaillent 24 heures sur 24 pour fournir une aide humanitaire indispensable à Tripoli et à travers la Libye. »

« Je suis en Libye depuis 4 ans mais la situation est difficile. Mes enfants et ma femme me manquent et je pense qu’il est temps pour moi de rentrer et de retrouver ma famille. J’imagine déjà leur tête quand ils me verront », a confié Ali, un passager, avant de monter à bord de l’avion.

Au Mali, les migrants ont été accueillis par le personnel de l’OIM, des représentants du gouvernement malien et la délégation de l’Union européenne à Bamako. L’OIM a coordonné ses activités avec les autorités maliennes, qui ont appuyé le transit du vol charter par Bamako en route vers la Côte-d’Ivoire et le Burkina Faso.

A ce jour cette année, 3 175 migrants dans des centres de détention et des zones urbaines ont pu rentrer chez eux grâce au retour humanitaire volontaire, à bord de vols affrétés depuis Benghazi, Sabha, Misurata et Tripoli.

« L’accueil des migrants bloqués de retour de Libye, l’aide à leur réintégration au sein de leurs communautés et l’identification de leurs besoins spécifiques sont essentiels », explique Pascal Reyntjens, chef de mission de l’OIM au Mali. « Ce mécanisme coordonné entre les autorités maliennes, les spécialistes de l’OIM et les acteurs locaux est une bonne chose pour permettre à ces personnes de reconstruire leur avenir », a-t-il ajouté.

Avant leur départ, les migrants ont passé des examens médicaux, une évaluation de leurs besoins de protection et ont reçu des articles de secours essentiels. A leur arrivé, l’OIM leur a fourni une aide immédiate et leur a dispensé des examens médicaux. L’OIM fournira ensuite une aide à la réintégration sur mesure aux rapatriés pour les aider à se réintégrer économiquement dans leurs communautés d’origine.

Ce retour a été rendus possible grâce à l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants mise en œuvre par l’OIM.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Safa Msehli, OIM Libye, +21622241842 smsehli@iom.int  et Monika Peruffo, OIM Mali mperuffo@iom.int

  • Quelques-uns des 160 migrants maliens avant de quitter Tripoli. Photo : IOM/Moayad Zaghdani 

  • Quelques-uns des 160 migrants maliens avant de quitter Tripoli. Photo : IOM/Moayad Zaghdani