L’OIM a aidé près de 100 000 migrants à rentrer chez eux et à se réintégrer en 2016

Posted: 
07/11/17
Themes: 
Assisted Voluntary Return and Reintegration

Switzerland – Aujourd’hui, 11 juillet, l’OIM, l’Organisme des Nations Unies chargé des migrations, a rapporté avoir aidé 98 403 migrants à rentrer chez eux volontairement en 2016. Cette aide a été fournie dans le cadre des programmes d’aide au retour volontaire et à la réintégration (AVRR) de l’OIM et mise en avant dans leurs derniers rapports intitulés « Assisted Voluntary Return and Reintegration 2016 Key Highlights » (en anglais).

Cela représente une augmentation de 41 pourcent par rapport à 2015, année durant laquelle 69 540 migrants ont reçu une aide au retour et à la réintégration. Les personnes originaires de 110 pays aidées en 2016 ont été rapatriés vers 161 pays et territoires d’origine.

D’après les conclusions du rapport, près d’un tiers des migrants aidés par les programmes AVRR de l’OIM étaient des femmes et près d’un quart étaient des enfants. Parmi toutes les personnes aidées, 1 253 étaient des enfants migrants non accompagnés, 995 étaient des migrants ayant des besoins médicaux et 895 ont été identifiées comme étant des victimes de traite.

Tout comme en 2015, l’Espace économique européen (et la Suisse) était la région d’où la majorité des migrants ont été rapatriés par l’OIM (83 pourcent), tandis que l’Europe du Sud-Est, l’Europe orientale et l’Asie centrale restaient les régions où la plupart des migrants ont été rapatriés (49 pourcent).

L’Allemagne était le principal pays d’accueil d’où la majorité des migrants aidés par l’OIM ont été rapatriés (plus de 54 000 migrants), suivie de la Grèce (6 153) et de l’Autriche (4 812). Le nombre de retours depuis ces pays a augmenté en 2016 par rapport à 2015, et représentait près des deux tiers du total.

Avec environ 17 976 migrants aidés, l’Albanie reste le pays où la plus grande proportion de migrants a été rapatriée, suivie de l’Iraq (12 776) et de l’Afghanistan (7 102). L’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale, l’Afrique de l’Est et la corne de l’Afrique sont les régions ayant enregistré le plus grand nombre de flux à l’intérieur de la région.

Le rapport donne également un aperçu des tendances mondiales et régionales en 2016 et établit une comparaison entre 2015 et 2016. Il met également en évidence les actions concrètes organisées dans des domaines clés, particulièrement importants en 2016 : l’AVRR depuis les pays de transit, les initiatives innovantes visant à aider les migrants en situation de vulnérabilité, les projets de partenariat et de coopération menés à bien en vue de renforcer la fourniture d’aide aux migrants, la recherche et les programmes basés sur des faits appliqués à l’AVRR. Les voix des rapatriés trouvent également un écho dans les témoignages directs contenus dans le rapport.

« Les dynamiques migratoires actuelles montrent que le retour volontaire doit faire partie d’une gouvernance globale et efficace des migrations », a déclaré Anh Nguyen, responsable de la Division d’aide aux migrants, au siège de l’OIM à Genève.

« L’impact que les retours ont sur les pays d’accueil, les pays de transit et les pays d’origine, mais surtout sur les migrants et leurs communautés, est non négligeable. L’AVRR reste l’une des principales activités d’aide de l’OIM et est une situation « gagnant-gagnant » pour tous les acteurs concernés car elle est un moyen humain, digne et économique de rentrer chez eux et de se réintégrer au sein de leurs communautés », a conclu Anh Nguyen.

Pour lire le rapport AVRR 2016 Key Highlights de l’OIM, rendez-vous ici (anglais uniquement).

Pour plus d’informations sur les programmes AVRR de l’OIM, rendez-vous ici.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Nazanine Nozarian, siège de l’OIM, Tel : +41 22 717 9314, Email : nnozarian@iom.int

  • Sri Lankan Returnee engaged in livelihood activity under reintegration support. Photo: UN Migration Agency (IOM) 2017