L’OIM appelle à la libération immédiate et sans condition des personnes enlevées au Soudan du Sud

Posted: 
11/01/19
Themes: 
IOM

Juba – L’Organisation internationale pour les migrations continue d’appeler à la libération inconditionnelle d’une bénévole et d’un enfant de quatre ans enlevés au Soudan du Sud lors d’un échange de coups de feu dimanche matin qui a coûté la vie à trois travailleurs humanitaires de l’OIM.

« Des efforts sont déployés en ce moment même pour tenter de localiser notre collègue et l’enfant disparus », a déclaré, ce matin, Jean-Philippe Chauzy, chef de mission de l’OIM au Soudan du Sud.

« Toute action possible doit être entreprise dans le but de faire libérer notre collègue de ses ravisseurs immédiatement sans aucune condition préalable. »

Dimanche, un groupe de bénévoles de l’OIM a été pris entre des tirs croisés entre deux groupes armés à Isebi, dans le comté de Morobo, dans la région d’Equatoria central, au Soudan du Sud.

En plus de deux hommes et une femme qui ont été tués, deux autres bénévoles ont été blessés mais leurs jours ne sont pas en danger. L’enfant enlevé est le fils de la femme qui a été tuée.

Les humanitaires de l’OIM travaillaient dans un centre de dépistage de l’Ebola dans les zones frontalières entre le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo, contrôlant la propagation de cette maladie meurtrière.

M. Chauzy et une petite équipe de Juba se sont rendus à Yei, la plus grande ville de la zone où l’incident s’est déroulé hier, pour une rencontre émouvante avec des bénévoles de l’OIM et des collègues des personnes tuées, puis avec le gouverneur adjoint.

« Il était extrêmement important de rencontrer nos bénévoles, d’écouter leurs inquiétudes, leurs histoires sur les personnes décédées. C’était à vif mais je veux aussi qu’ils sachent que nous n’épargnons aucun effort pour garantir leur sécurité et localiser les disparus », a ajouté M. Chauzy.

L’OIM a débuté les opérations au Sud-Soudan début 2005 et a établi la mission de l’OIM au Soudan du Sud après l’indépendance du pays en juillet 2011.

Depuis l’éruption du conflit en décembre 2013, l’OIM a apporté un soutien à des milliers de communautés d’accueil, de migrants de retour et de déplacés internes, y compris ceux qui recherchent une protection à la Mission des Nations Unies dans les sites de protection des civils au Soudan du Sud.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Liatile Putsoa, OIM Soudan du Sud, Tel. +211912380104, email : lputsoa@iom.int

Paul Dillon, siège de l’OIM à Genève, Tel. +41796369874, email : pdillon@iom.int

  • IOM South Sudan staff mark a moment of silence for two humanitarian colleagues who were killed on Sunday. © IOM South Sudan 2019 

  • Flags remain at half-mast outside IOM South Sudan’s office in Juba. © IOM South Sudan 2019