L’OIM au Burundi forme des officiers de police à lutter contre la traite des êtres humains

Posted: 
12/04/18
Themes: 
Counter-Trafficking, Human Smuggling

Bujumbura - En partenariat avec la Police judiciaire du Burundi et avec le soutien du gouvernement des Pays-Bas, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a formé, la semaine dernière (26-30/11), des officiers de police judiciaire aux techniques d’investigation sur la traite des personnes et sur l’aide aux victimes. 

La formation, organisée à Bujumbura, la capitale, couvrait les cadres juridiques à la fois internationaux et nationaux, les techniques d’investigation (investigations financières et proactives) et l’évaluation des risques. Les participants ont également été formés à l’identification, à l’orientation et à la protection des victimes. 

L’UNICEF a dispensé la session sur la protection et l’aide à l’enfance tandis que Bridges to Justice Burundi a enseigné un module sur les droits des suspects.

Le Burundi est principalement un « pays d’origine » pour les victimes de traite, où les adultes et les enfants sont contraints au travail forcé, à la servitude domestique, à la prostitution et à d’autres formes d’exploitation sexuelle à travers la région et ailleurs dans le monde. 

A l’intérieur du pays, les enfants et les adultes sont aussi victimes de traite à des fins de travail forcé et d’exploitation sexuelle. 

« La traite est un crime qui s’attaque à la vulnérabilité. Au Burundi, des facteurs comme la pauvreté, le déplacement, le chômage et les changements climatiques contribuent tous aux activités des trafiquants qui exploitent des personnes extrêmement vulnérables », a déclaré AJ Morgen, chef de mission de l’OIM au Burundi. 

Et d’ajouter : « le travail de la police judiciaire est essentiel pour lutter efficacement contre la traite des êtres humains, pas seulement pour démanteler les réseaux criminels internationaux mais aussi pour identifier et orienter les victimes. L’OIM est extrêmement reconnaissante de la collaboration solide avec la Police judiciaire du Burundi. Nous nous réjouissons de poursuivre notre partenariat dans le futur afin de prévenir et d’éliminer la traite des personnes. » 

Emile Manisha, Commissaire général de la Police judiciaire, a déclaré « presque tous les pays du monde sont touchés par ce crime contre l’humanité. La traite peut être une entreprise lucrative et ceux qui en sont responsables sont souvent liés à la criminalité organisée. » 

« La Police judiciaire du Burundi travaille dur pour lutter contre ce fléau. Cette formation aidera les officiers de police judiciaire à renforcer leurs capacités pour qu’ils puissent, à leur tour, aider le gouvernement du Burundi dans ses efforts pour lutter efficacement contre la traite des personnes », a-t-il ajouté. 

Les sessions de formation ont été dispensées dans le cadre d’un projet plus large visant à aider le gouvernement du Burundi et les partenaires de la société civile à lutter contre la traite des êtres humains. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Niamh McEvoy, OIM Burundi, Tel : +257 75400339, Email : nmcevoy@iom.int

  • Some of the high ranking Judicial Police officials who received IOM training on combatting human trafficking. Photo: IOM/Samantha Sindaka 

  • The training covered the international and national legal framework, investigation techniques including both financial and proactive investigations, as well as evaluation of risks. Photo: IOM/Samantha Sindaka