L’OIM comptabilise le nombre de morts lors de trois récents naufrages : Espagne, Italie, Yémen

Posted: 
12/09/14

Yémen - Les détails d’au moins trois naufrages de bateaux de migrants au large de l’Afrique depuis le 5 décembre continuer d’inquiéter l’OIM.

Les informations reçues selon lesquelles une centaine de migrants aurait perdu la vie au large des côtes africaines près de l’Espagne, de l’Italie et du Yémen, démontrent que l’approche de l’hiver ne réfrène ni les migrants qui cherchent une sécurité, ni le risque mortel de bon nombre de ces périples.

D’après certaines informations reçues dimanche dernier du Yémen, 70 migrants auraient péri lorsque leur bateau a chaviré lors d’une tempête au large des côtes du gouvernorat de Taizz, près du détroit de Bab El-Mandeb. Cependant, lors d’une réunion avec l’OIM, les autorités locales ont signalé que 24 migrants étaient à bord et qu’ils sont présumés morts noyés.

Les migrants embarquent souvent à bord de bateaux surchargés et hors d’état de naviguer que les passeurs mettent à disposition dans le cadre d’un réseau de criminalité transnationale de mieux en mieux organisé. Chaque année, des dizaines de milliers de migrants et de réfugiés désespérés risquent leur vie et entreprennent la dangereuse traversée de la Mer rouge et du Golfe d’Aden vers le Yémen, à la recherche d’une vie meilleure.

En réalité, depuis janvier 2014, le nombre de migrants et de réfugiés arrivés depuis la corne de l’Afrique est estimé à 70 000 alors que 250 migrants ont péri en mer. Plus inquiétant encore, le nombre de décès en mer en 2014 continue de croître et a atteint des chiffres sans précédent depuis 2010.

« Le décès de ces migrants et d’autres personnes qui tenteront de fuir le conflit armé, la pauvreté et la sécheresse appelle à un renforcement immédiat des capacités des institutions régionales et nationales de l’application des lois, afin de sauver des vies et de poursuivre efficacement les criminels impliqués dans le trafic et la traite d’être humains dans la région », a déclaré Nicoletta Giordano, chef de mission de l’OIM au Yémen.

Entre juillet et novembre 2014, l’OIM au Yémen a fourni une aide d’urgence à plus de 5 000 migrants bloqués, dont plus de 4 457 ont reçu une aide médicale des équipes de santé mobile et dans les centres pour migrants de l’OIM à Bab el-Mandeb, à Basateen (Aden), à Sana’a et à Haradh.

Environ 800 migrants éthiopiens, dont près de 150 mineurs non accompagnés, ont reçu une aide au retour volontaire.

« Il est essentiel que la communauté internationale s’active pour accroître la sensibilisation et fournir les ressources nécessaires afin d’augmenter la capacité des organisations humanitaires et des autorités du gouvernement yéménite à assurer les sauvetages en mer et la protection à terre », a ajouté Nicoletta Giordano.

Le Bureau de l’OIM à Rome a signalé vendredi dernier un incident au large des côtes italiennes qui a fait 17 morts (15 hommes, une femme et un enfant) lorsque leur bateau pneumatique a sombré en route vers la Libye. Quelque 75 migrants, tous originaires d’Afrique subsaharienne, ont été secourus.

Les 17 corps repêchés ont été ramenés vendredi par un navire italien au port de Porto Empedocle. Depuis, l’OIM enquête sur d’autres décès rapportés lors de l’incident, d’après Flavio Di Giacomo, de l’OIM à Rome.

Peu d’informations sont disponibles sur l’incident qui a eu lieu au large d’Almeria, en Espagne, où 28 migrants ont été secourus vendredi soir. Parmi les personnes secourues, certains ont déclaré que près de 23 hommes, femmes et enfants avaient été emportés par les vagues.

Les migrants seraient partis du Maroc à bord d’un petit bateau dont le moteur s’est arrêté. La panne a provoqué une bagarre et probablement un mouvement de panique. Lundi, une opération de recherche de trois jours lancée dans la zone par les autorités espagnoles n’a ni permis de repêcher des corps, ni de trouver des signes de présence des migrants en mer.

Les chiffres de l’OIM montrent que cette année, plus de 3 200 migrants ont été portés disparus ou présumés morts noyés lors de périples entre l’Afrique et l’Europe, en plus des 250 décès de migrants enregistrés dans les itinéraires maritimes reliant l’Afrique à la péninsule arabe.

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Dax Bennett Roque

OIM Yémen

Tel. +967 410 568/572

Email: droque@iom.int

ou

Flavio Di Giacomo

OIM Italie

Tel: +39 347 089 8996

Email: fdigiacomo@iom.int