L’OIM est « très préoccupée » par le signalement de migrants bloqués à la frontière entre l’Algérie et le Niger

Posted: 
06/26/18
Themes: 
Humanitarian Emergencies

Genève - William Lacy Swing, Directeur général de l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, a déclaré aujourd’hui qu’il était « très préoccupé » par le sort des migrants qui se retrouvent bloqués et livrés à eux-mêmes dans la zone désertique de non-droit entre l’Algérie et le Niger. 

« Des migrants irréguliers, y compris de nombreux mineurs et femmes enceintes, ne doivent pas être laissés sans eau ni nourriture ou contraints de marcher des kilomètres sous un soleil de plomb pour se mettre en sécurité dans le désert », a-t-il déclaré. 

D’après les médias, des milliers de migrants traversent une bande de désert de 15 kilomètres entre l’Algérie et le Niger en direction de l’établissement humain d’Assamaka. L’OIM envoie régulièrement des missions de recherche et de sauvetage pour récupérer des migrants déshydratés et désorientés qui cherchent un abri pendant des jours. D’après d’autres sources crédibles, des migrants meurent dans le désert après avoir perdu leur chemin ou succombant à la chaleur et à la fatigue. 

Les responsables de l’OIM dans l’avant-poste isolé d’Assamaka parlent de migrants émergeant du désert par milliers. Chaque fois qu’un nouveau groupe arrive, l’OIM organise des missions de recherche et de sauvetage pour aider les plus vulnérables. Une fois arrivés dans la ville frontalière, l’OIM déploie des bus pour ceux qui souhaitent rentrer chez eux. Mais le problème ne cesse de croître à mesure qu’augmente le nombre de migrants ayant entrepris le pénible périple à travers le désert. 

« La gestion de la migration est la seule réponse possible », a déclaré l’Ambassadeur Swing. « Il faut s’assurer que les migrants partout dans le monde soient traités avec dignité et qu’ils se déplacent de manière sûre et ordonnée. C’est le principe de base que nous demandons à tous les pays du monde de respecter. » 

Le nombre de migrants traversant le désert entre l’Algérie et le Niger ne cesse de croître. En mai 2017, 135 migrants ont été abandonnés à la frontière et le nombre de traversées atteignait 2 888 en avril 2018. D’après les estimations de l’OIM, quelque 11 276 migrants, dont de nombreux enfants et femmes, ont traversé la frontière. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Leonard Doyle, siège de l’OIM, Tel : +41 79 2857123, Email : [email protected]

 

  • In the open truck, migrants vainly tried to shade their bodies from the sun. Photo by Liberian migrant Ju Dennis. Photo: AP Photo/Ju Dennis