L’OIM et le Service ghanéen de l’immigration dévoilent un Plan d’action national contre le trafic illicite de migrants

Posted: 
02/16/18
Themes: 
Capacity Building, Human Smuggling

Accra - En collaboration avec le Service ghanéen de l’immigration (GIS), l’OIM a lancé, cette semaine, un nouveau Plan d’action national et des modes opératoires standard contre le trafic illicite de migrants sur le partage d’information et la coopération internationale. Le lancement faisait partie d’un événement de réflexion pour conclure le projet de lutte contre le trafic illicite de migrants de l’OIM intitulé : Lutter contre le trafic illicite de migrants et les problèmes de protection au Ghana, au Bénin et au Togo : Renforcer les mécanismes nationaux et régionaux. Le projet est financé par le gouvernement du Canada par l’intermédiaire de son Programme de lutte contre la criminalité et pour le renforcement des capacités.

Le Plan d’action national est un plan de cinq ans (2019-2023) qui vise à introduire une réponse pangouvernementale à la menace du trafic illicite de migrants. Le document de 46 pages est divisé en six piliers : l’amélioration de la législation, l’application stricte de la loi, la sensibilisation du public, la collecte et le partage d’information, la protection des droits des travailleurs victimes de trafic et la coopération régionale.

Les modes opératoires standard sur le partage d’information et la coopération régionale ont été élaborés et adoptés conjointement par le Bénin, le Ghana et le Togo dans le cadre du projet. Le document apporte une plateforme formelle, non-contraignante mais pragmatique permettant aux trois pays participants de partager des informations sur les activités de lutte contre le trafic et des renseignements sur les réseaux de passeurs et les déplacements des migrants.

Laud Affrifah, contrôleur général adjoint du Service de l’immigration (opérations et Poste de commandement) et président du SC/TWG, a déclaré que « le partage d’information est un outil majeur dans la lutte contre les crimes transnationaux. Ce type de coopération renforcera la collaboration entre les trois pays pour endiguer le crime de trafic illicite de migrants.

Sylvia Lopez-Ekra, cheffe de mission de l’OIM, a expliqué que le Plan d’action national et les modes opératoires standard étaient des accomplissements majeurs. Cependant, c’est seulement le début du travail qui nous attend. Nous devons nous assurer qu’il y aura une application solide et durable des deux documents. Notre réussite passera avant tout par notre efficacité à prévenir la prolifération de ces réseaux dans les trois pays ciblés et par l’impact positif que nous aurons sur la protection des migrants. »

Le projet de lutte contre le trafic illicite de migrants de l’OIM a été mis en œuvre en partenariat avec le GIS, l’Autorité fiscale ghanéenne, la Division des douanes, les services de police ghanéenne, le Ministère de l’intérieur, le Ministère des affaires étrangères et de l’intégration régionale, l’Autorité portuaire du Ghana, le Ministère public, l’Autorité maritime du Ghana, la Marine ghanéenne et le Bureau des enquêtes nationales.

Le projet, qui a débuté en juin 2016 et s’est terminé le 15 février 2018, a permis de dispenser des formations plurinationales sur la lutte contre le trafic illicite de migrants aux responsables terrestres et maritimes et des formations de formateurs au Bénin, au Ghana et au Togo. Des équipements ont également été donnés pour appuyer l’important travail de détection des faux documents des officiers de première ligne présents aux frontières terrestres.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Daniel Tagoe, OIM Ghana, Tel : +233 302 742 930 Ext. 2408, Email : dtagoe@iom.int