L’OIM facilite la libération des réfugiés détenus dans des centres de détention indonésiens

Posted: 
02/09/18
Themes: 
Refugee and Asylum Issues

Jakarta - L’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, a facilité la libération de plus de 500 réfugiés de centres de détention dans les provinces de Sumatra du Nord, de Riau et des îles Riau pour emménager dans des logements communautaires.

La libération des migrants afghans, somaliens et soudanais s’est déroulée entre le 29 novembre 2017 et le 6 février 2018 et a été organisée en coopération étroite avec le Département indonésien de l’immigration, les autorités locales et la police.

Tous les migrants libérés avaient été interceptés et détenus par les autorités indonésiennes alors qu’ils tentaient d’atteindre l’Australie. En détention, ils ont été identifiés comme réfugiés par le HCR, les rendant ainsi éligibles à une libération et à un hébergement au sein de la communauté, où ils attendront une réinstallation dans un pays tiers ou un retour dans leur pays d’origine lorsque la sécurité leur permettra.

L’OIM travaille avec l’Indonésie et l’Australie depuis 2000 pour lutter contre le trafic illicite d’êtres humains et fournir une aide et une protection aux migrants et réfugiés bloqués. Elle a aidé plus de 23 600 personnes ces 18 dernières années. Elle traite actuellement quelque 8 600 cas de migrants détenus.

Les migrants sont dispersés à travers l’archipel indonésien, vivant soit dans l’un des 12 centres de détention de migrants, soit dans des abris temporaires ou dans des logements communautaires.

Bien que l’Indonésie autorise souvent les réfugiés, les migrants vulnérables et les familles, en particulier celles avec des enfants, à vivre dans la communauté, les hommes célibataires demandant l’asile sont souvent détenus.

Les centres de détention indonésiens sont souvent surpeuplés et de nombreux détenus vivent dans des conditions difficiles. L’OIM fournit des services vitaux en matière de sécurité alimentaire, de nutrition, d’éducation pour les enfants, de soins médicaux et de soutien psychosocial. Elle intervient également pour effectuer des réparations d’urgence et améliorer la sécurité, l’eau, l’assainissement et l’hygiène si nécessaire.

L’OIM a toujours encouragé les alternatives à la détention, qui ont permis l’établissement de centres d’accueil pour migrants à travers le pays. Depuis 2010, elle a facilité la libération de plus de 8 200 réfugiés et continue de négocier pour la libération de tous les autres, dans l’attente de solutions durables, notamment la réinstallation.

Dans le même temps, l’OIM renforce la capacité des responsables du maintien de l’ordre indonésiens en matière de droits de l’homme depuis 2003. Ces 15 dernières années, l’Organisation a sensibilisé près de 150 000 responsables aux droits de l’homme, à la lutte contre la traite et le trafic illicite d’êtres humains et à la protection des migrants.

« Nous travaillons en Indonésie depuis près de 40 ans, en mettant toujours l’accent sur la dignité et le respect des migrants », a déclaré Mark Getchell, chef de mission de l’OIM en Indonésie. « Nous œuvrons en collaboration très étroite avec le gouvernement, en particulier avec la Direction de l’immigration, en vue de garantir le bien-être des migrants, en particulier celui des plus vulnérables. Chaque jour, notre personnel œuvre dans le but de libérer les migrants de détention pour les intégrer à la communauté et fournir une aide vitale à l’intérieur des centres de détention. »

« La vie en détention était très difficile, mais nous sommes tous très heureux maintenant », a déclaré Ahmed*, l’un des réfugiés afghans récemment libérés. « Les chose s’améliorent de jour en jour. Nous pouvons désormais circuler plus librement. Nous comprenons la valeur de la liberté et la nécessité de vivre en harmonie et en paix dans la communauté. Nous sommes très reconnaissants envers l’Indonésie et les Indonésiens de nous accepter dans leur communauté en attendant notre réinstallation à l’étranger. »

*Nom changé pour préserver la confidentialité.

Pour plus d’informations, veuillez contacter George Gigauri, OIM Indonésie, Email : ggigauri@iom.int, Tel. +62 811 870 2836.

  • Les réfugiés quittent le centre de détention de migrants de Tanjung Pinang pour de nouveaux logements communautaires. Photo : OIM