L’OIM fait front commun avec ses partenaires pour combattre les déchets en plastique et la dégradation de l’environnement

Posted: 
06/05/18

Genève - A l’occasion de cette Journée mondiale de l’environnement (05/06), l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, s’associe aux acteurs mondiaux pour lutter contre la pollution plastique et la dégradation de l’environnement à travers le monde.

Le thème de la Journée mondiale de l’environnement (JME) cette année est « combattre la pollution plastique ! » - une phrase simple qui met en lumière les graves conséquences pour notre planète. Le plastique jetable et à usage unique est l’un des plus gros défis pour notre environnement naturel. Jusqu’à 13 millions de tonnes de ce plastique se déversent dans nos océans chaque année, menaçant la vie aquatique, les écosystèmes et notre santé car elle impacte l’eau que nous consommons.

L’OIM reconnaît qu’un environnement sain est intrinsèquement lié au bien-être et à la résilience des migrants et de leurs communautés d’accueil. « Si nous investissons dans la protection de notre environnement aujourd’hui, nous pouvons réduire les risques de déplacement dus au changement climatique et à la dégradation de l’environnement pour les générations futures », a déclaré Dina Ionesco, responsable de la Division Migration, environnement et changement climatique (MECC) de l’OIM. « Cela permettra de réduire les pertes et les dégâts qui se produisent lorsque la migration est une tragédie et un dernier recours. »

Consciente qu’une action rapide est nécessaire pour protéger notre environnement, l’OIM a rejoint le Groupe de la gestion de l’environnement des Nations Unies et a établi son programme institutionnel de durabilité environnementale conformément aux normes de durabilité des Nations Unies en 2017.

L’engagement à réduire les déchets s’étend également aux bureaux de l’Organisation. L’OIM en Egypte a récemment créé Green Egypt, un groupe de travail interne sur l’environnement qui vise à intégrer la durabilité environnementale dans l’approvisionnement et les programmes. Green Egypt est composé de membres du personnel de chaque unité qui servent de référents au sein de leurs équipes respectives et qui œuvrent en vue d’atteindre une liste d’objectifs de gestion des déchets pour 2018.

A Madagascar, un pays confronté à de nombreux défis environnementaux, notamment à la déforestation et à l’érosion des sols, l’OIM a créé un partenariat avec une entreprise privée qui traite les déchets en papier du bureau, en les séparant du reste pour les recycler et les utiliser dans de nouveaux produits commerciaux.

Ces initiatives locales correspondent au thème « Combattre la pollution plastique », choisi par l’Inde, pays organisateur de la JME en 2018, comme moyen pour « nous [inviter] à réfléchir aux changements que nous pouvons opérer dans notre vie quotidienne pour réduire le lourd fardeau de la pollution plastique sur nos lieux naturels, notre faune - et notre propre santé. » Mais au-delà de ses propres bureaux, l’OIM contribue aux débats politiques pour souligner l’importance des pratiques écologiquement viables dans la gestion et la gouvernance des migrations.

« Nous devons regarder les politiques et pratiques migratoires avec un œil innovant, pour voir comment la migration sûre et ordonnée peut apporter des solutions et des possibilités aux personnes touchées par le changement climatique et la dégradation de l’environnement leur permettant de se déplacer dans la dignité », a ajouté Dina Ionesco.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les initiatives de l’OIM en matière d’environnement et de changement climatique.

Pour plus d’informations, veuillez contacter le siège de l’OIM :
Division Migration, environnement et changement climatique, email : mecchq@iom.int
Vanessa Okoth-Obbo, Tel : + 41.22.717.9366, email : vokoth@iom.int

  • Les pêcheurs et les femmes peuvent pêcher 30 kg par jour grâce au récif corallien qui protège l'île de Sainte Marie à Madagascar. Photo: Giacomo Dei Rossi / OIM