L’OIM fait participer les dirigeants culturels aux discussions pour la consolidation de la paix en Ethiopie

Posted: 
08/27/19
Themes: 
IOM

Addis-Abeba - Les « Aba Gedas » sont des « dirigeants culturels » très respectés dans la région d’Oromia et dans la zone Gedeo en Ethiopie. L’OIM les a accompagnés pour un débat sur une consolidation de la paix officielle. Les débats étaient centrés sur la manière dont les futurs conflits pourraient être évités et sur l’amélioration de la cohésion sociale à Gedeo-Guji Ouest et ont permis de sensibiliser les acteurs communautaires aux éléments qui constituent une consolidation de la paix officielle.

Suite au regain de violences intercommunales en 2018, quelque 700 000 personnes ont été déplacées en Ethiopie, dans les zones de Gedeo et Guji Ouest. Lorsque la situation s’est améliorée et qu’une certaine paix est revenue, les deux zones devaient entreprendre un processus de réconciliation culturelle mené à bien par les Aba Gedas. De nombreux déplacés sont retournés dans leurs lieux d’origine.

Toutefois, en dépit du processus de paix et de réconciliation, des inquiétudes demeurent sur la façon d’éviter que de tels déplacements ne se reproduisent.

La réunion sur la consolidation de la paix de l’OIM s’est tenue le 24 août à Shashemene, en Ethiopie, et a été financée par le Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix (PBF). L’événement peut être considéré comme historique car il rassemblait les deux parties, dont six Aba Gedas (trois de chaque zone) et quatre Hadha Siqes (mères pacificatrices respectées) qui se sont assis autour d’une table pour trouver des moyens de renforcer les initiatives de paix qui ont débuté il y a cinq mois.

« Cet atelier est une plateforme qui a rassemblé des enfants du même père pour débattre sous un arbre », a déclaré Denbode Mare, chef des Aba Gedas de la zone Gedeo, à propos de cette réunion opportune et importante. « Ce type d’initiative pourrait nous aider à surmonter les défis qui pourraient entraver les efforts de consolidation de la paix », a-t-il ajouté.

Les défis qui ont fait l’objet de débats ont été mis en avant par les Aba Gedas des deux côtés, qui ont aussi insisté sur la nécessité de déployer des efforts intégrés à la fois par les Aba Gedas et par les Bureaux des procureurs des zones. Les Aba Gedas ont confirmé qu’ils souhaitaient se conseiller les uns les autres sur des sujets d’intérêt commun et présider des réunions lorsque des conflits surviennent.

« Ce que nous avons décidé ici ensemble devra être suivi par les Aba Gedas suivants lorsque notre mandat de huit ans prendra fin et que nous serons remplacés par nos successeurs », a déclaré l’un des Aba Gedas, affirmant leur engagement continu, même au terme de leur mandat.

Le gouvernement éthiopien a demandé la participation de l’OIM par l’intermédiaire du Ministère de la paix, afin de soutenir les initiatives de consolidation de la paix. L’OIM a organisé ces discussions dans le cadre d’un projet intitulé Gouvernance inclusive et aide à la gestion de conflit en Ethiopie. La résolution traditionnelle du conflit faisant participer des figures communautaires est une approche que l’Organisation soutient activement au sein des deux zones.

L’OIM continue d’apporter une aide humanitaire aux populations touchées dans les deux zones. Cette aide comprend la construction d’abris de transit, la distribution de kits de réintégration, l’amélioration des installations d’eau et d’assainissement et la fourniture de services de santé.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Alemayehu Seifeselassie, OIM Ethiopie, Tel. +251 11 6611117 (ext. 1455), mobile : +251 91 163 9082, email : salemayehu@iom.int

  • Le 24 août a marqué une journée historique en rassemblant six Aba Gedas (dirigeants communautaires) de Gedeo et Guji ainsi que des Hadha Siqes (mères pacificatrices respectées) pour débattre de la manière de renforcer les initiatives de paix dans leur région.

  • L’OIM a facilité le débat sur la consolidation de la paix qui a rassemblé des dirigeants communautaires de Gedeo et Guji ainsi que des Hadha Siqes (mères pacificatrices respectées) et des procureurs. L’OIM continue également à fournir une aide humanitaire à la population touchée dans les deux zones.