L’OIM fore des puits et installe des conteneurs d’eau pour pallier la pénurie d’eau au camp de réfugiés de Doro au Soudan du Sud

Posted: 
06/28/12

L’OIM a commencé à forer quatre puits et
à installer deux conteneurs d’eau, d’une
capacité de 45 000 litres chacun, afin
d’approvisionner en eau potable quelque 42 000
réfugiés soudanais au camp de Doro, situé dans
l’Etat du Nil supérieur au Soudan du Sud.

Environ 107 000 personnes sont entrées dans l’Etat
sud-soudanais du Nil supérieur et vivent aujourd’hui
dans trois principaux camps de réfugiés : Doro, Jamam
et Yusif Batil. Une dizaine de milliers de réfugiés
sont encore logés au site de transit de Kilo 18, près
de la frontière avec le Soudan.

Doro, le plus grand des trois camps, est situé à
20 km au sud du camp de Yusif Batil, qui a récemment
été établi en vue d’accueillir 23 000
nouveaux arrivants du site de transit de Kilo 18. Le HCR transporte
entre 2 000 et 3 000 réfugiés de Kilo 18 vers Yusif
Batil pendant l’opération de relogement en cours.

Près de 10 000 réfugiés vivent dehors, sous
des arbres, à Yusif Batil, en attendant de recevoir des
tentes et des matériaux de construction d’abris qui
sont actuellement acheminés par avion depuis Juba et Nairobi
vers Maban par le HCR. L’OIM apporte son soutien aux
partenaires dans le camp en installant des conteneurs d’eau,
des latrines, des tuyaux et des pompes motorisées.

Les principaux problèmes auxquels se heurtent les camps
sont surtout liés à la pénurie d’eau et
aux besoins d’abris et d’aide non alimentaire des
réfugiés qui affluent sans cesse.

L’OIM est chargée de fournir des services
d’accès à l’eau et aux installations
sanitaires aux réfugiés du camp de Doro. Au
départ, l’OIM acheminait l’eau par camion dans
les zones isolées du camp afin d’éviter aux
familles d’avoir à parcourir 2 km à pied pour
accéder à l’eau potable. Cependant, la
circulation des camions a été fortement
perturbée par les fortes pluies.

Pour changer de stratégie, l’OIM a commencé
à forer des puits pour les communautés qui vivent
loin des sources d’eau existantes. Des équipements de
forage ont été mobilisés et les travaux du
premier des quatre puits ont commencé.

Actuellement, l’OIM et ses partenaires distribuent 520 800
litres d’eau par jour aux réfugiés de Doro.
Chaque réfugié reçoit 12,4 litres d’eau
potable par jour. Grâce à l’installation des
deux conteneurs d’eau de 45 000 litres, l’OIM
prévoit de faire passer la quantité d’eau
quotidienne de 12,4 à 14 litres par personne et par
jour.

L’OIM poursuivra l’installation de sept autres
conteneurs, pour arriver à un total de neuf conteneurs qui
permettront de fournir 20 litres d’eau par jour à
chaque réfugié. Une fois les puits forés, la
quantité d’eau distribuée augmentera
davantage.

Dans le camp de Doro, l’OIM est chargée de forer
les puits, d’installer les conteneurs d’eau, de
motoriser les pompes, d’installer et de réhabiliter
les fontaines à eau et les puits, de construire des latrines
familiales et collectives et d’en démonter certaines,
de construire des zones de douche, de promouvoir
l’hygiène et de distribuer des filtres à eau et
du savon.

A ce jour, l’OIM a terminé la construction de 736
latrines familiales, 745 latrines collectives et 810 zones de
douche. L’Organisation a installé trois
systèmes de distribution d’eau, a formé 10
comités de gestion de l’eau et 1 146 membres du
comité de gestion des latrines. Quelque 24 000
réfugiés ont reçu une sensibilisation à
l’hygiène. L’OIM a pré-positionné
suffisamment d’équipements pour continuer à
fournir des services d’accès à l’eau et
aux installations sanitaires aux réfugiés
installés à Doro, pendant la saison des pluies.

Les nouveaux arrivants sont essentiellement des femmes et des
enfants qui expliquent avoir été forcés
à quitter leur maison à cause du conflit et de la
pénurie de nourriture. Au camp de Doro, les nouveaux
arrivants sont orientés vers les villages où des
membres de leurs communautés d’origine de l’Etat
du Nil bleu se sont installés. Les chefs responsables de
chaque village œuvrent avec Relief International (gestion des
camps) qui coopère avec le HCR pour les enregistrements et
avec le PAM pour la distribution de nourriture.

Les organismes humanitaires au Soudan du Sud n’ont pas
accès à l’Etat du Nil bleu et il existe peu
d’informations sur le nombre de réfugiés qui
tentent encore actuellement de franchir la frontière vers le
Soudan du Sud.

L’OIM continue de soutenir le HCR en relogeant les
réfugiés depuis les zones frontalières vers
les camps et en transportant des chargements de Juba vers
l’Etat du Nil supérieur à bord de chalands et
de bateaux, seul moyen d’acheminement vers les lieux
d’opérations sur le terrain pendant la saison des
pluies.

Au début des opérations, l’OIM avait
demandé 10 millions de dollars afin de répondre aux
besoins émergents. Alors que le nombre de
réfugiés dans l’Etat du Nil supérieur ne
cesse de croître, à ce jour, l’OIM a
reçu, pour ses opérations, 2 millions de dollars de
la part des Etats-Unis et 1,5 million d’euros du gouvernement
italien.

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Samantha Donkin

OIM Juba

Tel: + 211 922 406 728

Email: "mailto:sdonkin@iom.int">sdonkin@iom.int

© IOM 2012