L’OIM forme des responsables malgaches sur les thèmes de la migration, de l’environnement et des changements climatiques

Posted: 
02/24/17
Themes: 
Capacity Building, Migration and Climate Change, Migration and Environment

Madagascar - L’OIM et le Ministère de l’environnement de Madagascar ont organisé un atelier de renforcement des capacités de deux jours sur la relation interdépendante entre la migration, l’environnement et les changements climatiques (MECC).

Lors de l’atelier, 25 participants du Ministère de l’environnement, des ministères clés et des institutions de la société civile ayant des responsabilités dans les domaines de la migration et de l’environnement, des représentants d’instituts de recherche et de la société civile ont été formés sur le lien interdépendant entre la migration et les changements environnementaux, y compris les changements climatiques. Ils ont aussi débattu et partagé leur expertise sur les réalités et les enjeux du MECC, notamment sur la manière dont le problème pourrait être résolu dans le cas de Madagascar.

Quatre principaux domaines dans lesquels Madagascar a besoin de plus de données ont été identifiés : la mobilité des individus et les conséquences dans les régions d’origine ; la mobilité des personnes provoquée par la sécheresse, les préoccupations environnementales et minières liées à la migration soudaine ; et le déplacement forcé dû aux événements climatiques à déclenchement rapide. L’étude débutera dans les prochaines semaines pour recueillir des informations qualitatives et quantitatives qui aideront les acteurs dans leur gouvernance sur ses questions ciblés de MECC.

L’Afrique australe et la région de l’Océan Indien sont victimes des changements climatiques ces dernières années. De nombreux habitants ont été contraints de se déplacer lorsque leurs cultures et moyens de subsistance ont été détruits par des sécheresses récurrentes au sud de Madagascar en 2016. Dans la ville côtière de Rivière des Galets à Maurice, les habitants envisagent de partir en raison de la montée du niveau de la mer et de l’érosion de la plage, malgré la construction d’une digue.

Les récentes inondations au Mozambique ont provoqué le déplacement de centaines de personnes tandis qu’en Namibie, l’impact de la récente sécheresse a rendu les communautés plus vulnérables à l’insécurité alimentaire, mettant en péril les moyens de subsistance de nombreuses familles et augmentant la probabilité d’une réinstallation dans les zones urbaines.

Des ateliers de renforcement de capacités et des projets de recherche similaires auront lieu au Mozambique et en Namibie en mars. Ces ateliers font partie du projet plus large financé par le Fonds de développement de l’OIM intitulé : Migration, environnement et changement climatique, données à l’usage des politiques en Afrique australe et dans l’Océan Indien, qui vise à accroître les connaissances et la sensibilisation sur la relation entre la migration et les changements environnementaux afin d’éclairer les politiques et la planification opérationnelle à la fois au niveau régional au niveau national.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Daniel Silva y Poveda, OIM Madagascar, Tel: +261.32 56 54 954, Email: dsilva@iom.int