L’OIM fournit des soins de santé et des abris dans les zones instables au Soudan du Sud

Posted: 
02/24/17
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Internally Displaced Persons, Migration Health

Sud-Soudan - L’OIM fournit des soins de santé d’urgence et des abris aux Sud-Soudanais contraints de fuir leurs maisons en raison de la violence dans les zones instables du pays, notamment dans les Etats d’Unité et d’Equatoria central.

En coordination avec Mercy Corps, l’OIM réalise une distribution d’abris et de kits d’aide non alimentaire d’urgence du 22 février au 3 mars pour plus de 9 400 déplacés internes à Nyal, dans l’Etat d’Unité. Les kits comprendront des couvertures, de la corde en nylon et en caoutchouc, des bâches en plastique, un kanga (machette) et un grand sac de transport.

Nyal, qui se trouve dans le comté de Panyijiar à Unité, accueille des déplacés internes des comtés voisins depuis l’offensive militaire lancée dans la région début 2015. La résurgence du conflit en juillet 2016 a provoqué de nouveaux déplacements au centre et au sud d’Unité, poussant de nombreux déplacés internes à fuir vers le site de protection des civils de Bentiu ou vers Nyal, qui reste relativement stable.

Les déplacés internes à Nyal vivent dans des conditions très difficiles après avoir fui avec peu d’affaires ou sans rien. Ils comptent surtout sur l’accueil des communautés locales, pour qui les ressources déjà limitées s’épuisent rapidement.

Panyijiar est situé dans l’une des régions les plus précaires du Soudan du Sud sur le plan alimentaire. Le niveau d’insécurité alimentaire est considéré comme critique dans le comté, ce qui signifie que sans aide humanitaire, certaines familles pourraient aujourd’hui vivre en situation de famine.

L’OIM collabore actuellement avec le Programme alimentaire mondial (PAM) pour enregistrer les données biométriques de la population à Nyal afin d’orienter la planification de la réponse humanitaire et des distributions dans la région. L’exercice devrait se terminer d’ici avril.

En Equatoria central, qui continue de connaître des épisodes de violences, une équipe de réponse rapide de l’OIM a achevé une mission de cinq semaines le 23 février en vue de fournir des soins de santé d’urgence à plus de 30 000 déplacés internes réfugiés dans le comté instable de Kajo Keji, à l’ouest de la ville de Kajo Keji, et dans les sites de déplacés à Ajio, Kerwa et Logo. Les déplacés internes dans le secteur ont fui les affrontements dans les comtés voisins et la majorité d’entre eux ont signalé de multiples déplacements.

« Les familles ont fui leurs maisons sans rien ou presque, laissant derrière elles leurs exploitations et leurs moyens de subsistance », a expliqué Derebe Kintamo, coordinateur de l’équipe de réponse rapide de l’OIM. « En trois semaines de déplacement, nos cliniques ont commencé à constater un nombre croissant de cas de malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans. Nous nous sommes rapprochés d’un centre médical à proximit pour nous assurer que les cas de malnutrition aigüe soient traités rapidement. »

L’équipe a réalisé plus de 7 700 consultations médicales. Elle a fourni des soins de santé générale, procédé à des vaccinations contre les maladies courantes, organisé des examens nutritionnels et prodigué des soins de santé maternelle.

Au terme de la mission, l’OIM a confié la direction des trois cliniques au Comité américain pour les réfugiés et au Département de la santé du comté.

Au Soudan du Sud, une personne sur quatre a été contrainte de quitter sa maison en raison de la crise qui a éclaté en décembre 2013.  Les opérations d’aide d’urgence de l’OIM visent à atteindre les populations vulnérables à la fois dans les sites de déplacement et dans les zones isolées, dont bon nombre sont affectées par les multiples vagues de conflit et de déplacement. En 2017, les organismes humanitaires tenteront d’atteindre 5,8 millions des 7,5 millions de personnes ayant actuellement besoin d’aide humanitaire.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Ashley McLaughlin, OIM Soudan du Sud, Tel: +211 922 405 716, Email: amclaughlin@iom.int.

An IOM rapid response team provides vaccinations for infants in Kajo Keji. File Photo: Derebe Kintamo / IOM