L’OIM identifie 970 000 personnes déplacées dans les zones éthiopiennes de Gedeo et Guji ouest

Posted: 
07/20/18
Themes: 
Internally Displaced Persons

Addis-Abeba - Les violents affrontements entre les communautés à la frontière des régions éthiopiennes des Nations, nationalités et peuples du Sud (RNNPS) et d’Oromia ont contraint au moins 970 000 personnes à fuir leur domicile depuis avril 2018, dont une majorité rien qu’au mois de juin.

Des évaluations rapides réalisées au niveau des woredas (district) par les équipes de la Matrice de suivi des déplacements de l’OIM (DTM) ont révélé que 822 187 personnes sont déplacées dans la zone de Gedeo (RNNPS) et au moins 147 040 dans celle de Guji ouest (Oromia). En raison des inquiétudes actuelles concernant la sécurité et des problèmes d’accès, les équipes de la DTM de l’OIM n’ont pu évaluer le déplacement interne que dans quatre des six woredas à Guji ouest où les personnes sont déplacées. 

Dans les deux zones, la plupart des déplacés sont hébergés dans les communautés locales (Gedeo : 514 446 : Guji ouest : 84 681), tandis que les déplacés restants séjournent dans des centres collectifs (Gedeo : 307 741 ; Guji ouest : 62 359) comme des écoles, des bâtiments gouvernementaux, des sites spontanés et des bâtiments abandonnés ou non terminés. 

Les bâtiments des sites collectifs ne sont généralement pas adaptés à l’habitation humaine et sont très surpeuplés, ce qui contraint de nombreuses personnes à dormir dehors par terre, souvent sans rien d’autre qu’une simple bâche en plastique pour les protéger de la pluie. 

Mujib a trouvé refuge sur une petite parcelle de terre de vingt mètres carrés qu’il partage avec 26 autres déplacés, dont bon nombre sont ses anciens voisins. « Cet endroit est très froid. Nous n’avons pas assez de nourriture et nos enfants ne sont pas bien nourris », a déclaré Mujib. Parmi les 26 résidents se trouve la famille de Mujib, composée de sa mère, de ses frères, de sa femme et de leur fille de deux ans. « Je ne sais pas quel impact tout cela aura sur la vie de nos enfants. C’est difficile à imaginer pour l’instant », a-t-il ajouté. 

Les évaluations ont permis d’identifier 80 sites collectifs et 103 lieux d’accueil communautaires à Gedeo et 21 centres collectifs et 50 lieux d’accueil communautaires à Guji ouest. La nourriture a été signalée comme étant le principal besoin dans les deux zones. Celui-ci s’ajoute au besoin d’abri et aux problèmes d’accès à l’assainissement. Une évaluation plus détaillée des sites de déplacement dans les deux zones est actuellement en cours et produira des données plus qualitatives sur le nombre de déplacés et sur leurs besoins. 

Le 11ème cycle de la DTM, réalisé en mai et juin 2018, a identifié 1 776 685 déplacés internes en Ethiopie, dont 1 204 577 sont déplacés en raison du conflit et 536 321 en raison du changement climatique. 

Depuis juin, l’OIM intensifie ses opérations à Gedeo et Guji ouest. Ces deux dernières semaines, outre les évaluations, l’OIM a construit plus de 190 latrines sur les 263 prévues, quatre abris communaux sur les 40 prévus, deux cuisines communales, et a organisé des ateliers avec le gouvernement sur la gestion des sites. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Olivia Headon en Ethiopie, Tel : +251902484062, Email : oheadon@iom.int 

  • IOM team discusses improving poor living conditions with displaced Ethiopians. Photo: Olivia Headon IOM

  • Mujib with his mother, wife and young daughter in the "shelter" they share with 26 people. Photo: Olivia Headon/IOM 2018
     

  • Some of the inhabitants of Mujib's shelter - there are 26 in total – mostly extended family members and neighbours. Photo: Olivia Headon/IOM 2018