L’OIM intensifie les opérations aux frontières pour les migrants vulnérables en Amérique centrale

Posted: 
06/30/15

El Salvador - L’OIM a achevé, ce mois-ci, l’atelier intitulé « échanges en matière d’expériences frontalières au Honduras et au Salvador en vue d’optimiser les capacités à répondre aux besoins des personnes vulnérables », qui a servi de plateforme pour l’élaboration d’un plan d’action transfrontalier et pour le partage de meilleures pratiques en matière de travail interinstitutionnel au niveau local.

L’événement a été mené à bien dans le cadre du Programme régional de l’OIM en Mésoamérique, financé par le gouvernement américain, destiné à renforcer les capacités des responsables du gouvernement et de la société civile à aider et à protéger les migrants vulnérables de manière adéquate.

Ce projet vise à améliorer la coordination locale et bilatérale et à établir des réseaux stratégiques visant à améliorer la gestion des migrations. Les activités se sont déroulées dans le département de Valle, au Honduras et à La Unión, au Salvador.

Cette zone est particulièrement exposée à un flux élevé de migrants. D’après l’Institution nationale hondurienne des migrations, entre janvier et mai 2015, 171 995 personnes sont entrées dans le pays et quelque 143 883 autres l’ont quitté, en passant par cette frontière. D’après le Directorat de la migration, pendant la même période, 162 883 migrants sont entrés au Salvador et 163 205 l’ont quitté.

« Cet atelier nous a permis d’améliorer notre coordination transfrontalière interorganisations », a reconnu José Alvarado, Maire adjoint de Guascorán, au Honduras. De la même manière, Roberto Martinez, médiateur pour La Unión en matière de droits de l’homme, espère que « ces processus interorganisations et binationaux progresseront positivement, renforçant ainsi la coordination et les efforts conjoints visant à protéger les migrants vulnérables. »

La réunion a été suivie par des représentants des deux pays, des institutions du gouvernement et des organisations non gouvernementales telles que l’Association pour le développement communautaire (ADESCO), le Bureau pour la défense des droits de l’homme (PDDH), l’Institut salvadorien pour les enfants et les adolescents (ISNA), la Croix-Rouge, l’Institut de formation professionnelle (INFOP), le Comité des migrants et de leurs proches de Goascorán, le Commissariat national pour les droits de l’homme, le Comité national pour l’enfance, la jeunesse et la famille (DINAF) et l’Institut national des migrations, entre autres.

L’OIM reconnaît les progrès accomplis par les gouvernements du Salvador et du Honduras et réitère son engagement à continuer à soutenir la coordination bilatérale aux frontières stratégiques en vue d’améliorer la gestion des migrations.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Cecilia Ramírez, OIM El Salvador, Tel: +503 2521 0519 – Email: ceramirez@iom.int ou Evelyn Andino, OIM Honduras, Tel: + 504  2237 75 51  Email: eandino@iom.int