L’OIM intervient face à la propagation de l’épidémie de choléra au Soudan du Sud

Posted: 
05/09/17
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Migration Health

Soudan du Sud - Une équipe de réponse rapide de l’OIM a été déployée à Jonglei, au Soudan du Sud, le 25 avril dernier, en réponse à une épidémie de choléra touchant plus de 230 personnes dans le comté d’Ayod. L’équipe de l’OIM soutient les partenaires de santé locaux afin d’intensifier rapidement l’intervention d’urgence et de contenir l’épidémie dans cette région du pays difficile à atteindre et souvent dans l’insécurité.

Les organismes d’aide humanitaire répondent aux épidémies de choléra à travers le pays, notamment dans neuf comtés signalant actuellement une transmission active, dont trois dans l’Etat seul de Jonglei. Depuis que l’épidémie de choléra a été déclarée en juin 2016, plus de 7 200 cas, dont 229 décès, ont été signalés, d’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Ministère de la santé du Soudan du Sud.

La réponse de l’OIM a débuté après le signalement de 140 cas suspects à Ayod pendant les deux premières semaines d’avril, exposant quelque 175 000 habitants au risque de contamination. L’accès à Ayod est difficile pendant la saison des pluies et sa proximité avec le Nil accroît la vulnérabilité à des épidémies de maladies transmises par l’eau comme le choléra.

L’OIM, l’Organisme des Nations Unies chargé des migrations, travaille aux côtés du Département de la santé du comté et de la Mission chrétienne pour le développement dans la ville de Jiech, afin de faciliter la surveillance, de gérer les cas et d’améliorer les efforts communautaires visant à endiguer l’épidémie.

La plupart des cas de choléra proviennent de communautés vivant dans des campements d’élevage de bétail le long de la rivière. L’OIM a établi des points de réhydratation orale dans trois zones à risque afin d’accroître l’accès au traitement.

En raison de la crise actuelle à Jonglei, les structures de santé à Ayod ne sont pas en service et manquent à la fois de professionnels de santé et de fournitures médicales. Une fois sur le terrain, l’OIM a remarqué que les cliniques devaient être améliorées pour assurer les admissions de patients et les consultations.

Pour garantir l’accès aux fournitures nécessaires pour répondre à l’épidémie de choléra, l’OMS a distribué des trousses d’intervention, des médicaments et des équipements aux points de réhydratation orale et aux unités de traitement du choléra.

Pendant la mission, l’équipe de l’OIM a également distribué des médicaments indispensables pour traiter d’autres maladies courantes.

A ce jour, l’OIM et ses partenaires ont déclaré avoir soigné au moins 40 personnes souffrant de symptômes du choléra. L’équipe prévoit de transférer les opérations à la Mission chrétienne pour le développement dans les prochains jours mais continuera de distribuer des fournitures supplémentaires pour l’intervention en cours.

Ailleurs, une équipe de l’OIM chargée des services d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) répond aux cas suspects de choléra à Kopoeta, en Equatoria-oriental, en déployant des activités de promotion de l’hygiène visant à limiter la propagation de la maladie. L’équipe a été déployée le 4 mai et a immédiatement commencé à recruter des promoteurs de l’hygiène au sein de la communauté locale pour garantir une réponse rapide et efficace après le signalement de plusieurs cas suspects dans la région.

Depuis le début de l’épidémie de choléra en 2016, l’OIM est intervenue dans des zones isolées et des sites de déplacement à travers le Soudan du Sud afin de gérer les cas et de limiter la propagation de la maladie. Au quotidien, les équipes déploient continuellement des activités de promotion de l’hygiène pour s’assurer que les populations vulnérables aient accès aux informations de base et que leur famille reste en bonne santé malgré le déplacement et les conditions de vie difficiles.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Ashley McLaughlin, OIM Soudan du Sud, Tel : +211 912 379 793. Email : amclaughlin@iom.int.

IOM provides emergency health care to displaced and conflict-affected populations across the country. Photo UN Migration Agency (IOM) / Mohammed 2016