L’OIM lance un appel de financement à l’occasion de la Conférence humanitaire pour la RD du Congo

Posted: 
04/13/18

Genève - Les violences meurtrières ont forcé des millions de personnes à fuir leur domicile en République démocratique du Congo (RDC), portant le nombre total de déplacés internes dans le pays à 4,5 millions.

Le niveau de financement pour répondre aux énormes besoins n’est pas encore atteint. Seuls 11 pourcent de l’appel de l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, ont été financés. La RDC nécessite des fonds humanitaires d’urgence pour répondre à la détérioration de la situation et pour sauver des vies.

Aujourd’hui, 13 avril, le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), le Royaume des Pays-Bas et l’Union européenne organisent une Conférence humanitaire pour la RDC à l’Office des Nations Unies à Genève. L’appel lancé par l’OIM en décembre dernier fait partie du plan d’intervention humanitaire général, qui requiert 1,68 milliard de dollars.

« Confrontée à l’intensification des tensions intercommunales, à l’instabilité politique et à l’insécurité croissante, la communauté humanitaire internationale doit renforcer son soutien et son engagement envers le peuple congolais », a déclaré Jean-Philippe Chauzy, chef de mission de l’OIM en RDC et représentant de l’Organisation à la Conférence.

L’OIM fournit une aide humanitaire dans 26 sites de déplacement dans les provinces du Nord-Kivu et de Tanganyika, qui accueillent quelque 97 000 déplacés internes. En 2017, l’OIM a fourni des abris à 6 182 familles déplacées, une aide médicale et/ou psychosociale et des activités de génération de revenus à 199 survivants de traite, et a réunifié 256 enfants non accompagnés et séparés avec leur famille. Depuis début 2017, quelque 1 950 enfants et jeunes déplacés ont reçu un appui en matière d’éducation de la part de l’OIM.

Co-présidente du groupe de travail de la province sur les sites de déplacement, l’OIM renforce les capacités des personnes déplacées, des partenaires locaux et des autorités congolaises en matière de coordination et de gestion des camps.

L’OIM fournit des services de secours à quelque 200 000 personnes touchées par la crise dans la province du Kasaï en leur fournissant un accès aux soins de santé, aux services d’eau, d’assainissement et d’hygiène et en mettant en œuvre des mesures de prévention contre les violences faites aux femmes.

Pendant l’année écoulée, l’équipe de suivi du déplacement de l’OIM a recueilli des informations sur 586 580 déplacés internes et 1 328 754 personnes de retour dans les provinces du Nord-Kivu, de Tanganyika et du Kasaï-central.

« Nous ne pouvons tout simplement pas ignorer la rapidité et l’ampleur de la crise en RDC. La communauté internationale doit intensifier ses efforts et renforcer son engagement auprès du peuple de RDC. Il est tout aussi important de renforcer les efforts de stabilisation du pays en aidant le gouvernement de RDC à trouver une solution de sortie de la spirale de cette crise », a ajouté Jean-Philippe Chauzy.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Jean-Philippe Chauzy, OIM RDC, Tel : +243 827339827, Email : jpchauzy@iom.int

 

  • Des femmes déplacées par les violences au Nord-Kivu, en RDC. © OIM