L’OIM nomme un rappeur ghanéen comme Ambassadeur de bonne volonté pour promouvoir la migration sûre

Posted: 
11/24/17
Themes: 
EUTF, IOM, Others

Accra - Le rappeur et compositeur ghanéen Kofi Kinaata est devenu le premier Ambassadeur de bonne volonté de l’OIM à promouvoir la migration sûre au Ghana. Il participera aux efforts de sensibilisation et de collecte de fonds de l’OIM, notamment en vue d’informer les jeunes Ghanéens sur les dangers associés au périple à travers le désert du Sahara et la Mer Méditerranée pour atteindre l’Afrique du Nord et l’Europe.

Kofi Kinaata soutiendra la Campagne d’information « Aware Migrants » de l’OIM au Ghana, en sortant une nouvelle chanson visant à encourager les jeunes Ghanéens à apprécier la vie sans prendre de risques inconsidérés pour poursuivre un rêve illusoire. La Campagne d’information fait partie du projet Engaging West African Communities (EWAC) financé par l’Office fédéral allemand des affaires étrangères.

Les 20 et 21 novembre, Kofi Kinaata s’est rendu dans la région de Brong Ahafo avec Sylvia Lopez-Ekra, chef de mission de l’OIM au Ghana, pour sa première visite officielle. Il a rencontré le Ministre régional de Brong Ahafo, a visité le Centre d’information sur la migration, créé par l’OIM et actuellement géré par le Service ghanéen de l’immigration dans la ville de Sunyani, ainsi qu’une ferme pilote établie par l’OIM dans le cadre du projet ghanéen d’Approche à la gestion intégrée des migrations (GIMMA) à Nkoranza. L’exploitation agricole emploie des jeunes rapatriés et propose des moyens de subsistance alternatifs aux migrants potentiels. Le projet GIMMA est financé par l’Union européenne et mis en œuvre conjointement par l’OIM au Ghana et le Service de l’immigration du Ghana (GIS).

« Considéré comme l’un des chanteurs contemporains les plus talentueux du Ghana, Kofi Kinaata compte de nombreux admirateurs chez les jeunes, y compris dans les régions sujettes à une forte migration. Son engagement auprès de l’OIM peut vraiment contribuer à sauver de nombreux Ghanéens qui se sentent perdus ou qui sont touchés par la migration irrégulière chaque année », a déclaré Sylvia Lopez-Ekra. « Ayant lui-même des amis et connaissances qui ont choisi de migrer illégalement, il a décidé de s’engager pleinement dans la cause de la migration sûre. Nous sommes reconnaissants qu’il participe à notre travail », a-t-elle ajouté.

En 2016, 5 636 migrants ghanéens sont arrivés en Italie par la mer, contre 4 431 en 2015. La plupart des Ghanéens tentant de rejoindre l’Europe illégalement traversent la Libye, où, à l’heure d’aujourd’hui, des dizaines de milliers des 700 000 migrants vivant dans le pays subissent d’horribles violations des droits de l’homme entre les mains des trafiquants. L’OIM signale et condamne l’exploitation des migrants en Libye depuis avril 2017 quand a fait surface une vidéo montrant des migrants vendus comme esclaves en Libye.

En 2017, l’OIM au Ghana a facilité le retour de 241 Ghanéens depuis la Libye et le Niger à ce jour. L’Organisation continuera d’aider les Ghanéens bloqués qui ont besoin d’une aide humanitaire par l’intermédiaire de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants en Afrique. Les rapatriés reçoivent une aide à la réintégration en fonction de leurs besoins. L’OIM et ses partenaires aident également les rapatriés en les orientant vers des activités de génération de revenus innovantes ayant un impact socioéconomique sur leur communauté d’origine.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Anita J. Wadud, OIM Ghana, Tel : 0302 742 930 ext. 2400, Email : ajwadud@iom.int

  • Ghanaian rapper and songwriter, Kofi Kinaata (centre) and Sylvia Ekra Lopez (far right) meet young people on a field visit in Brong Ahafo. Photo: UN Migration Agency (IOM) 2017