L’OIM ouvre un centre récréatif pour les enfants à Zinder, au Niger

Posted: 
05/21/19
Themes: 
Migration and Youth

Zinder - Vendredi dernier, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a officiellement fait la passation de pouvoir du Centre pour la prévention, la promotion et la protection des enfants (CEPPP) de Matameye, dans le département de Kantché (région de Zinder), aux représentants du Ministère pour la promotion de la femme et la protection de l’enfant (MPFPE). 

Le centre a été construit et équipé par le biais du projet intitulé Aide aux Nigériens de retour dans les régions d’Agadez et de Zinder (ANRAZ), financé par le Secrétariat d’Etat suisse aux migrations (SEM), à la demande du MPFPE, afin d’aider les autorités locales à gérer les migrations et à protéger les personnes vulnérables, en particulier les enfants en mouvement. 

Le Niger, considéré comme un carrefour migratoire majeur en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, est un pays d’origine, de transit et de destination pour de nombreux migrants vulnérables. Les rapatriés comme les communautés d’origine sont touchés par la migration. La plupart des migrants rentrent chez eux profondément traumatisés et honteux d’être à l’origine de l’insécurité financière de leurs communautés. 

Depuis 2014, début de l’accord entre l’Algérie et le Niger, plus de 35 000 Nigériens ont été rapatriés au Niger, dont près de 27 000 originaires de la région de Zinder. La persistance de ce phénomène migratoire et le nombre croissant de rapatriements soulèvent des inquiétudes matérielles, financières et humanitaires pour les autorités nigériennes. 

Pour répondre à cette crise, l’OIM a commencé à mettre en œuvre le projet ANRAZ au Niger en décembre 2017 et il s’achèvera fin juin 2019. Son objectif général est de contribuer à aider les migrants nigériens retournant au Niger. Dans le cadre du Mécanisme de ressources et de réponse pour les migrants (MRRM), le projet ANRAZ a permis de fournir une aide directe à près de 13 000 migrants nigériens de retour d’Algérie. 

Le Centre pour la prévention, la promotion et la protection des enfants (CEPPP) est composé de deux cellules différentes : protection et communication, ciblant les changements comportementaux, en particulier ceux des mineurs, à travers tout un éventail d’activités de sensibilisation aux risques de la migration. Les travailleurs sociaux du CEPPP accompagneront également les familles pour garantir la réintégration appropriée des enfants de retour dans leurs communautés d’accueil. 

Grâce au financement du SEM, l’OIM soutient le MPFPE en couvrant les salaires et la formation de quatre travailleurs sociaux du CEPPP, ainsi que les coûts d’entretien du centre, permettant ainsi une transition progressive des capacités entre l’OIM et le MPFPE.

« Nous sommes ravis d’avoir ce centre. Avant, nous partagions un bureau avec d’autres services », a déclaré Abdoulaye, travailleur social au CEPPP. « Nous disposons désormais d’un centre dédié, ou nous pouvons garantir la confidentialité des entretiens et des services, tout en accueillant les bénéficiaires dans un environnement adapté aux enfants », a-t-il ajouté. 

Par l’intermédiaire du projet ANRAZ, l’OIM a également organisé plusieurs formations à Niamey, Agadez et Zinder afin de renforcer les capacités des autorités locales en lien avec la gestion des migrations, la lutte contre la migration irrégulière et le trafic illicite de migrants, ainsi que la lutte contre la traite d’êtres humains et la prise en charge des survivants de traite. 

A Agadez, le projet ANRAZ a également contribué à l’aide d’urgence sur place des Nigériens de retour d’Algérie en mettant à leur disposition des abris d’urgence et des kits d’aide non alimentaire. 

A Zinder, le projet a également appuyé l’établissement de 31 coopératives composées de rapatriés et de membres de communautés vulnérables. Grâce à cette aide, 98 migrants de retour et 156 membres de leur communauté ont été formés à la gestion d’entreprise, ce qui leur a permis de développer des microprojets communautaires. 

Au printemps 2018, deux coopératives ont été formées à la fabrication artisanale de savon et ont reçu le matériel nécessaire pour démarrer leur activité. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Monica Chiriac, OIM Niger, Tel : +227 8931 8764, Email : mchiriac@iom.int.

  • Un groupe d’écolières à Zinder, au Niger. Photo : OIM/Monica Chiriac