L’OIM publie des évaluations détaillées sur les sites de déplacement à Gedeo et Guji Ouest, en Ethiopie

Posted: 
08/14/18

Dilla - L’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, a publié ses derniers rapports de déplacement face à la crise dans les zones éthiopiennes de Gedeo et de Guji Ouest, où quelque 958 175 personnes ont été déplacées par le conflit intercommunautaire. En juillet, l’OIM a réalisé des évaluations des sites de déplacement dans les deux zones où près de 359 113 personnes ont été identifiées dans des sites collectifs. Le reste de la population déplacée vit au sein des communautés locales, par exemple dans des logements en location ou chez des proches, tout en continuant à se rendre dans les sites collectifs pour accéder à l’aide humanitaire. 

En mars 2018, les affrontements récurrents de longue date entre communautés ont repris le long de la frontière entre les régions des Nations, Nationalités et Peuples du Sud (RNNPS) et d’Oromia. Compte tenu de l’intensification des affrontements en juin, des centaines de milliers de personnes ont fui leur domicile avec rien d’autre que les vêtements qu’elles portaient. Les évaluations de l’OIM, réalisées en coordination étroite avec le gouvernement éthiopien, ont révélé que dans les deux zones, Guji Ouest était la zone d’origine du plus grand nombre de déplacés, plus spécifiquement Kerca, woreda (district) d’origine prédominant. 

A Gedeo, la zone où la majorité des 970 000 déplacés a trouvé refuge, au moins 276 939 personnes vivent dans 134 sites collectifs. Les sites collectifs vont des écoles aux bâtiments gouvernementaux, en passant par des bâtiments vacants ou abandonnés. Dans sept de ces sites, plus de la moitié des résidents vivent dehors ou dans des espaces ouverts. A l’approche de la saison des pluies en Ethiopie, la fourniture d’abris adéquats aux communautés déplacées est une priorité pour l’OIM. 

Dans 59 sites à Gedeo, plus de la moitié des habitants n’ont pas assez d’eau potable et dans 64 autres, la moitié n’a pas accès aux latrines. 

De nombreux sites à Gedeo se trouvent dans des zones isolées et 19 des 134 sites sont inaccessibles en voiture, ce qui rend la distribution d’aide humanitaire extrêmement difficile. Quatre sites sont totalement inaccessibles, rendant presque impossible la fourniture d’aide à ces communautés. 

Dans les deux zones, les déplacés ont commencé à arriver en mars et continuaient d’affluer en juillet pendant les évaluations. Les structures de santé n’existent généralement pas dans les sites de déplacement mais sont rarement à plus de 30 minutes de route. Le moyen le plus facile d’accéder à la nourriture pour les familles est la distribution de nourriture. 

L’outil d’évaluation des sites pour une réponse rapide de la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’OIM est destiné à fournir des informations détaillées lors de situations d’urgence qui ont lieu en dehors des périodes de collecte de données du suivi de la mobilité de la DTM. Les dirigeants communautaires de la population déplacée à l’intérieur du pays ont collaboré avec l’OIM en tant qu’informateurs lors de l’évaluation. Le but de cette évaluation est de fournir à la communauté humanitaire des informations à jour sur les lieux, les besoins et les données démographiques des populations déplacées. Rendez-vous ici sur le portail de données de l’OIM pour le déplacement en Ethiopie. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Dan Salmon, OIM Ethiopie, Tel. +251 902 411 861, +251 966 368 174, email : dsalmon@iom.int

  • Displaced Ethiopians receive aid to help them through the cold and rainy season. Photo: Olivia Headon/IOM 2018

  • Displaced Ethiopians receive aid to help them through the cold and rainy season. Photo: Olivia Headon/IOM 2018