L’OIM réinstalle des milliers de réfugiés rohingyas en lieu sûr

Posted: 
05/15/18

Cox’s Bazar - Près de 12 000 réfugiés rohingyas ont été réinstallés en lieu sûr par l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, tandis que les tempêtes continuent de s’abattre au sud du Bangladesh, endommageant les abris faits de bâches en plastique et augmentant le risque de glissements de terrain sur les pentes escarpées et sablonneuses où sont installés les réfugiés. L’OIM s’active pour soutenir la réinstallation de 24 000 personnes reconnues comme étant les plus à risque.

Le Projet interorganisations d’ingénierie de maintenance du site (SMEP en anglais) - un effort conjoint déployé par l’OIM, le PAM et le HCR - œuvre également à plein régime en vue de préparer de nouveaux terrains mis à disposition par le gouvernement au sud-ouest des camps existants pour permettre de réinstaller davantage de personnes en lieu sûr.

Près de 700 000 réfugiés ont fui la violence au Myanmar et sont arrivés à Cox’s Bazar depuis août 2017. Pendant l’afflux initial, plusieurs centaines de milliers de personnes recherchaient désespérément un endroit où s’installer. Ainsi, bon nombre ont fini par vivre dans des conditions de surpeuplement sur des pentes instables dénuées de végétation qui risquent de s’effondrer avec la pluie.

Depuis cette semaine, avec le soutien de partenaires, l’OIM a aidé 11 791 personnes à se réinstaller, soit parce qu’elles couraient un risque important de glissements de terrain ou d’inondations, soit pour permettre un accès d’urgence et installer d’autres infrastructures vitales en prévision de la mousson. Environ 3 000 autres personnes ont été réinstallées par d’autres agences pour des raisons similaires.

Les récentes réinstallations se sont produites après le signalement d’orages et de vents forts qui se sont abattus sur les camps de réfugiés ces derniers jours, qui ont détruit un certain nombre d’abris et provoqué plusieurs glissements de terrain, créant des conditions de vie encore plus précaires pour certains réfugiés.

« L’impact des récentes tempêtes est un signe inquiétant de ce à quoi devront s’attendre les habitants pendant la saison des cyclones et au plus fort de la mousson », a déclaré Manuel Pereira, coordonnateur de l’urgence de l’OIM à Cox’s Bazar. « Il n’y a pas de temps à perdre pour réinstaller les réfugiés en lieu sûr. Le travail accompli dans le cadre du SMEP aidera à sauver des vies. »

Les ingénieurs de l’OIM qui travaillent pour le SMEP déclarent que la première section d’un nouveau site au sud-ouest des camps actuels est désormais prête à recevoir des abris et d’autres services essentiels comme l’eau, l’hygiène et l’éducation. Le terrain récemment préparé fait partie des 16 hectares qui seront préparés dans les prochaines semaines pour héberger des centaines de famille à risque d’inondations et de glissements de terrain.

Le gouvernement du Bangladesh a mis à disposition des réfugiés à risque plus de 200 hectares de terres, mais compte tenu de la topographie de Cox’s Bazar, où de nombreux terrains sont vallonnés, d’importants travaux de terrassement sont nécessaires pour préparer le sol. Seule une partie du terrain récemment mis à disposition peut être sécurisée pour reloger les réfugiés avant la mousson, qui battra son plein dès le mois prochain.

M. Pereira a ajouté que la réinstallation faisait partie d’une série de mesures entreprises par l’OIM et ses partenaires pour aider les réfugiés dans les mois à venir. Parmi les autres mesures figurent le pré-positionnement d’équipements de déblayage des routes et de provisions d’urgence, des services médicaux mobiles, la formation des réfugiés aux premiers secours et la sensibilisation aux risques.

« Nous reconnaissons les dangers auxquels seront confrontés tous les résidents des camps lorsque les intempéries battront leur plein. C’est pourquoi nous préparons également des mesures d’intervention d’urgence et venons en aide aux réfugiés afin qu’ils puissent s’atteler à renforcer leurs abris et avoir les compétences nécessaires pour répondre aux catastrophes », a-t-il ajouté.

La préparation à la mousson en chiffres

A l’approche de la saison annuelle des pluies, l’OIM œuvre en vue de sécuriser les infrastructures et de renforcer les mesures de préparation.

  • 34 123 familles ont reçu des kits pour améliorer les abris.
  • 40 000 familles ont reçu une formation communautaire pour améliorer les abris et réduire les risques de catastrophe.
  • 9 600 réfugiés ont fait part de leurs impressions, qui sont analysées pour préparer les messages diffusés par le service public en prévision de la saison des pluies.
  • 30 professionnels sur le terrain sont formés à la communication sur la saison des cyclones.
  • 650 réfugiés et membres de la communauté locale sont formés aux premiers secours, à la recherche et au sauvetage et à la sécurité incendie grâce à des partenariats avec la Brigade d’incendie et de défense civile bangladaise, la Croix-Rouge américaine et le Programme de préparation aux cyclones.
  • 5 équipes médicales mobiles sont formées à fournir des services de santé primaire aux déplacés.
  • 20 000 kits contre la diarrhée aqueuse aigüe, 73 000 tablettes de purification de l’eau et 360 000 kits d’hygiène sont pré-positionnés et distribués par les agences chargées de l’eau, assainissement et hygiène (WASH).

 Pour plus d’informations, veuillez contacter Fiona MacGregor, OIM Cox’s Bazar, Email : fmacgregor@iom.int Tel. +88 017 3333 5221

  • Aid agencies race to relocate Rohingya refugees to safer ground ahead of monsoon. Photo: IOM/Saikat Mojumder 2018

  • Aid agencies race to relocate Rohingya refugees to safer ground ahead of monsoon. Photo: IOM/Saikat Mojumder 2018

  • Aid agencies race to relocate Rohingya refugees to safer ground ahead of monsoon. Photo: IOM/Saikat Mojumder 2018