L’OIM renforce les capacités du gouvernement pour la prise en charge intégrale des enfants migrants au Mexique, dont le nombre a plus que doublé

Posted: 
09/10/19
Themes: 
Capacity Building, Migration and Youth

Mexico City - D’après l’Institut national de la migration (INM) du Mexique, le nombre d’enfants et d’adolescents migrants a augmenté de 131 pour cent pendant le premier semestre 2019 par rapport à la même période l’an dernier.

Pendant les six premiers mois de 2019, les autorités mexicaines de la migration ont enregistré 33 000 mineurs parmi les nouvelles arrivées, dont 26 pour cent (8 500 garçons et filles) sont arrivés accompagnés d’un adulte. Ce chiffre n’inclut pas les 21 900 adolescents rapatriés dans leur pays d’origine avec l’aide du gouvernement mexicain pendant cette même période.

En réponse, l’OIM a entrepris une série de réunions régionales avec des professionnels des systèmes de protection de l’enfant et de l’adolescent des Etats frontaliers mexicains. Ces ateliers permettent aux autorités locales d’accroître leur capacité à répondre plus rapidement et de manière globale aux préoccupations des enfants migrants.

L’OIM a organisé des ateliers avec des responsables des Etats frontaliers du sud (Cancun et Quintana Roo) les 29 et 30 août. Un événement avec les représentants des frontières nord (Tijuana et Basse-Californie) a eu lieu les 3 et 4 août.

Pendant chacune de ces rencontres, l’analyse des conditions, des caractéristiques et des dynamiques des flux migratoires traversant le Mexique a été mise en évidence. Les réunions ont également permis d’encourager le débat sur la mise en œuvre de la Feuille de route pour les droits des enfants et des adolescents migrants. Cet instrument - conçu par le gouvernement fédéral mexicain avec le soutien de l’OIM, de l’UNICEF et du HCR - définit les responsabilités institutionnelles spécifiques ainsi que les faiblesses identifiées dans les instruments gouvernementaux existants.

« La migration des enfants et des adolescents est une question prioritaire dans la gouvernance des migrations à travers le monde et dans les Amériques », a déclaré Alexandra Bonnie, coordonnatrice du programme de l’OIM en Mésoamérique et dans les Caraïbes. « Cela est dû à la pertinence du phénomène, à la complexité de ses causes et conséquences, aux besoins différents d’aide et de protection, à la nécessité d’une approche globale pour protéger efficacement les droits fondamentaux des personnes qui composent cette population. »

Ces activités font partie du Programme de migration régional : Mésoamérique - Caraïbes, qui est financé par le Département d’Etat américain. Au niveau régional, dans le cadre de la Conférence régionale sur la migration, le programme en question a permis de concevoir et de mettre en œuvre les Directives régionales pour la protection des enfants et des adolescents dans le contexte de la migration.

« Ce que j’ai le plus appris, c’est la sensibilité… Cela n’est pas pareil de ressentir une douleur quand on a tout quitté, et de la ressentir quand on est chez soi », a déclaré Gloria Elena Garza, Sous-secrétaire des services de légalité et du gouvernement de Tamaulipas, concernant la situation des enfants migrants non accompagnés au Mexique.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Tatiana Chacón, Bureau régional de l’OIM pour l’Amérique centrale, l’Amérique du Nord et les Caraïbes, Tel. +506 22125328, email : tchacon@iom.int

  • Les enfants pendant des activités pédagogiques sur la migration à Tapachula, au Mexique.

  • L’OIM conserve des photos à des fins illustratives par Tatiana Chacón.