L'OIM renforce les efforts de préparation avant la saison des cyclones et de la mousson à Cox's Bazar

Posted: 
06/04/21

Cox's Bazar - Cox's Bazar, où vivent 900 000 réfugiés rohingyas, a évité de justesse le cyclone Yaas la semaine dernière - la deuxième tempête majeure de la saison des cyclones dans la baie du Bengale - qui a ensuite fait plus de 2 milliards de dollars de dégâts ailleurs au Bangladesh et en Inde.

Comme elle l'a fait dans le passé, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) aide les communautés du Bangladesh à se préparer et à intervenir face aux cyclones qui caractérisent la mousson en renforçant les infrastructures, en se préparant à d'éventuelles urgences médicales et en dispensant une formation à la préparation aux cyclones à des dizaines de nouveaux volontaires ».

« Lorsque les pluies tomberont, une situation d'urgence sera inévitable », a déclaré Manuel Marques Pereira, chef de mission adjoint de l'OIM au Bangladesh. 

« Il est crucial que nous travaillions ensemble dès maintenant pour atténuer les risques avant que la catastrophe ne se produise. Nous devons être en mesure de réagir rapidement et efficacement lors de telles crises. »

Cox's Bazar est l'un des districts les plus exposés aux catastrophes dans le pays, soumis aux cyclones, aux moussons, aux vents violents, aux inondations, aux glissements de terrain et à d'autres risques naturels. Ces catastrophes peuvent faire de nombreuses victimes, perturber l'accès humanitaire et fortement endommager les abris et autres installations essentielles. 

Une attention particulière a été accordée aux réfugiés actuellement hébergés dans les trois camps ravagés par un incendie dévastateur en mars. Près de 50 000 réfugiés déplacés par l'incendie vivent dans des abris en bâche sur des pentes instables, qui se transformeront rapidement en flaques de boue à l'arrivée des pluies. 

Plus de 4,4 millions de personnes ont été déplacées par les tempêtes et les inondations au Bangladesh en 2020, dont bon nombre ont été évacuées de manière préventive et ne peuvent pas rentrer chez elles. Il s'agit des chiffres du déplacement les plus élevés enregistrés pour le Bangladesh depuis que les données sont disponibles en 2008.

Cette année, l'OIM évalue le risque de glissement de terrain, renforce les réseaux d’égouts, installe des dispositifs de protection des pentes et améliore les voies d'accès essentiels.

Les glissements de terrain et la boue pourraient entraîner la fermeture de routes et le blocage des principaux égouts et cours d'eau. Les équipes et les machines de l'OIM sont donc prêtes à aider les agences humanitaires et gouvernementales à dégager les débris afin de maintenir les voies d'accès vitales ouvertes. 

Elles participent également à des activités d'arrimage, préparant le stock de kits d'abris d'urgence et soutenant les acteurs dans la planification des sites et l'amélioration des abris. Le personnel de protection se tient prêt à aider les personnes extrêmement vulnérables, notamment les femmes et les enfants, qui ont besoin d'une aide adaptée ou d'un soutien à la réinstallation.

De telles catastrophes peuvent entraîner des urgences médicales aiguës nécessitant des premiers secours et une réanimation immédiate, une gestion des traumatismes, une orientation et un soutien psychosocial. Quatre centres de soins de santé primaires et six postes de santé ont été équipés de kits d'intervention en cas de catastrophe.

L'OIM et ses partenaires d’exécution ont également formé et équipé 10 équipes médicales mobiles et 350 agents de santé communautaires pour agir en tant que premiers intervenants, tandis que 11 ambulances sont prêtes à intervenir.

En étroite collaboration avec les autorités locales, l'OIM soutient les systèmes d'alerte rapide pour les communautés d'accueil. Un total de 1 655 volontaires ont été formés pour répondre aux cyclones et 20 abris polyvalents ont été rendus accessibles pour une évacuation d'urgence. 

Des milliers de réfugiés et de membres des communautés d'accueil ont reçu une formation en matière de recherche et de sauvetage et de premiers secours, avec le soutien du service des pompiers et du département de la défense civile du Bangladesh. Ils agiront en tant que référents communautaires dans les situations d'urgence, diffusant des messages d'alerte rapide et contribuant à la réponse de première ligne. 

L'OIM et ses partenaires ont formé 100 volontaires supplémentaires dans chaque camp à la préparation aux cyclones et au système d'alerte par drapeau. Les volontaires diffusent désormais des messages de sensibilisation aux membres des communautés et répondent à leurs demandes.

« Il est essentiel d'informer et de soutenir les membres de la communauté, afin qu'ils soient prêts à intervenir et à se protéger, eux et les autres, lorsque les conditions météorologiques se dégradent », a déclaré Abdul, l'un des volontaires.

En outre, des masques et du désinfectant pour les mains sont facilement disponibles, et des équipements de protection individuelle - y compris des kits de recherche et de sauvetage, des kits de premiers secours et des gilets de sauvetage - ont été fournis à tous les volontaires dans les camps touchés par l’incendie.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Monica Chiriac, Tél : +880 1880 094 048, Email : [email protected], ou Tarek Mahmud, Tél : + 880 1752 380 240, Email : [email protected], OIM Bangladesh à Cox's Bazar.