L’OIM salue la répression contre les trafiquants au Yémen

Posted: 
06/13/14

Yémen - L’OIM salue les récents efforts du gouvernement yéménite visant à réprimer les trafiquants qui profitent de migrants désespérés. Mais elle prévient qu’il reste beaucoup à faire pour protéger les migrants irréguliers à la merci de passeurs sans pitié qui utilisent régulièrement la torture et le viol pour extorquer plus d’argent aux migrants et à leurs familles restées au pays.

Depuis le 6 juin 2014, les autorités yéménites ont secouru 92 migrants détenus dans des maisons de trafiquants à Haradh, à la frontière avec l’Arabie saoudite, et ont arrêtés 16 trafiquants, dont plusieurs étaient d’origine éthiopienne. Parmi les migrants, qui étaient principalement éthiopiens, il y avait également des Somaliens, qui avaient à première vue un statut de réfugié au Yémen. Bon nombre des migrants sont des femmes qui étaient apparemment toutes en route vers le Royaume d’Arabie saoudite.

« Alors que l’Arabie saoudite expulse tous les migrants irréguliers de son territoire depuis la fin de l’année dernière, il est devenu très dangereux de s’y rendre pour les personnes passant par des intermédiaires illégaux et souvent sans pitié », a déclaré Nicoletta Giordano, chef de mission de l’OIM au Yémen.

Les autorités yéménites ont transporté les migrants libérés au Centre d’aide aux migrants (MRC) de l’OIM à Haradh pour leur fournir de la nourriture et des soins de santé. Les migrants qui ont fui leurs passeurs ces dernières semaines ont également trouvé refuge au MRC. Certains d’entre eux étaient blessés, dont une qui a succombé à ses blessures à l’infirmerie de l’OIM. L’OIM a orienté les demandeurs d’asile vers le HCR pour des entretiens.

La présence d’un vaste réseau de trafiquants à Haradh a récemment été mise en lumière dans un rapport de Human Rights Watch intitulé : « Les camps de torture au Yémen : Maltraitance des migrants par les trafiquants dans un climat d’impunité. » Le rapport, qui a été salué par l’OIM, met en avant les traitements subis par de nombreux migrants irréguliers passant par le Yémen.

Suite à la publication du rapport, les autorités à Haradh ont entrepris un certain nombre de descentes policières contre les trafiquants et ont demandé à l’OIM de subvenir aux besoins immédiats des migrants secourus et de faciliter le retour de ceux qui souhaitent rentrer chez eux.

L’OIM appelle également le gouvernement à élaborer une réponse globale pour la gestion humaine et dans le bon ordre des migrations transfrontalières, en particulier pour répondre aux causes profondes de la migration irrégulière des réfugiés et des migrants, pour trouver des mesures communes d’application de la loi, et mettre en place d’autres formes de coopération internationale et de programmes d’aide au retour, tout en garantissant le respect des droits fondamentaux et la protection des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile les plus vulnérables.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Nicoletta Giordano
OIM Yémen
Email: ngiordano@iom.int