L'OIM se déploie après le passage du cyclone Nargis

Posted: 
05/05/08

Irena Vojackova-Sollorano, représentante régionale de
l'OIM pour l'Asie du Sud-Est, s'est rendue à Rangoon ce
matin en vue d'évaluer le rôle que pourrait jouer
l'OIM suite au passage du cyclone Nargis. Le cyclone a causé
la mort de nombreuses personnes et a occasionné des
dégâts dans cinq des 17 états/divisions du
pays.

Il est impossible d'évaluer l'étendue des
dégâts ou le nombre exact de morts d'ici
l'arrivée des équipes d'évaluation dans les
zones les plus touchées. Les rapports des témoignages
oculaires de membres du bureau de l'OIM à Rangoon et de
membres d'ONG à Ayeyarwady, division la plus touchée
par le cyclone, dressent un tableau sombre.


"À peu près toutes les lignes
téléphoniques sont coupées et il est
extrêmement difficile d'obtenir des informations sur les
zones touchées par le cyclone. Mais d'après les
rapports en notre possession, des villages entiers ont
été rasés et le nombre total de morts devrait
être considérable", affirme Mac Pieczowski, le chef de
mission de l'OIM à Rangoon.

Mac Pieczowski a transféré aujourd'hui une
équipe d'urgence de Rangoon à l'État
Môn, centre des opérations de l'OIM à Myanmar,
où quelque 200 personnes travaillent sur des projets
médicaux de base pour lutter contre le paludisme, la
tuberculose, le VIH et le SIDA chez les travailleurs migrants et au
sein des communautés d'accueil.

Les communications avec l'État côtier de Môn,
situé à l'Est de Rangoon, ont été
coupées par le cyclone. L'OIM n'a reçu aucune
nouvelle de son personnel ou de leur famille. Des inondations dans
le nord de l'État ont été
signalées.

"L'équipe d'urgence va rétablir les communications
avec notre personnel, mettre en œuvre un personnel local et
évaluer les conditions sur place en coordination avec la
Société de la Croix-Rouge de Myanmar et les
autorités sanitaires de l'États de Môn," ajoute
Mac Pieczowski.

"À ce stade, il est important que les agences travaillent
ensemble rapidement afin d'évaluer l'étendue des
dégâts et de déterminer quelles sont les zones
nécessitant les plus grands besoins, et de partager ces
informations avec toutes les personnes impliquées," affirme
Vojackova-Sollorano.

"Dans ce genre de catastrophes naturelles, le but est d'aider le
plus rapidement possible les personnes qui en ont le plus besoin.
Pour y parvenir, nous devons travailler avec tous nos partenaires
et déployer notre personnel là où il est le
plus demandé," ajoute-t-elle.

L'OIM a lancé son programme de santé des migrants
dans l'État de Môn en novembre 2004, après la
signature d'un accord avec le Ministère de la Santé.
Elle dispose par ailleurs d'un personnel réduit à
Rangoon qui travaille en priorité sur la lutte contre la
traite des personnes et sur la promotion d'une migration plus
sûre au moyen d'activités de sensibilisation.

L'OIM est intervenue ces dernières années suite
à d'importantes catastrophes naturelles, notamment à
Aceh suite au tsunami de décembre 2004 et au Pakistan
après le tremblement de terre d'octobre 2005.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Chris Lom

Bureau régional de l'OIM à Bangkok

Tél.: +66.819275215

E-mail: "mailto:clom@iom.int">clom@iom.int

© IOM 2008 (Photo: Andrew Billo)