L’OIM se tient prête à aider sur les aspects de la mobilité de l’épidémie de coronavirus

Posted: 
01/31/20
Themes: 
Migration Health

Genève - Alors que l’inquiétude grandit face au nombre de cas signalés de contamination par un nouveau coronavirus et sa propagation dans au moins 18 pays, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) se tient prête à offrir son soutien technique aux gouvernements, en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour permettre aux voyageurs de se déplacer de façon saine et pour mettre en place des mesures de santé publique ayant un impact sur la société et l’économie.

L’OMS fait aujourd’hui état de 9 692 cas identifiés d’infection du système respiratoire et de 213 décès.

« Alors que de nouveaux cas continuent d’être signalés chaque jour, tout n’est pas clair sur ce virus mais ce qui est certain, c’est que la mobilité humaine est une réalité et que nous devons trouver des solutions au sein même de cette réalité pour que tout le monde soit en sécurité et en bonne santé, tout en limitant les perturbations sociales et économiques », a déclaré Jacqueline Weakers, Directrice de la Division Migration et santé de l’OIM.

Les responsables mondiaux de la santé réunis à l’OMS à Genève hier ont déterminé que la situation était désormais devenue une urgence de santé publique de portée internationale, soulignant la nécessité d’une « réponse internationale coordonnée. » Le Comité n’a pas recommandé de restriction de voyage ou de commerce par rapport aux informations actuellement disponibles. »

Conformément au Règlement sanitaire international (RSI), bien que les restrictions de voyage international puissent sembler être la chose à faire, ce n’est généralement pas ce qui est recommandé compte tenu de la perturbation sociale que de telles restrictions ont tendance à causer. L’OIM et l’OMS recommandent donc de se centrer davantage sur les mesures de préparation et de réponse.

« L’OIM dispose d’une expertise en matière d’aide aux gouvernements pour mettre en place les mesures de préparation et de réponse nécessaires, notamment la coordination transfrontalière, le soutien et l’éducation des migrants et la participation des communautés en déplacement, pour rompre la chaîne de transmission », a fait remarquer Mme Weekers. « L’OIM a mis en place des réseaux communautaires avec les migrants et les populations mobiles du monde entier qui peuvent être utilisés pour les activités de communication des risques, une étape essentielle pour permettre aux familles d’être informées et de rester en bonne santé. »

Parmi les nombreuses activités de préparation et de réponse, l’OIM et ses partenaires aident les gouvernements sur les questions de santé et de migration en dispensant des formations, en donnant des conseils sur les meilleures pratiques, en améliorant les normes d’hygiène de certaines structures et en aidant à la formulation de protocoles aux aéroports, aux passages aux frontières et aux ports maritimes.

Par exemple, au début du mois, en partenariat avec les Centres américains pour le contrôle des maladies, l’OIM a aidé le gouvernement sénégalais à mettre en place un exercice de simulation pour renforcer les systèmes de notification et de gestion de l’aéroport de Dakar en cas de grave urgence de santé publique.

Outre l’offre d’un soutien et de conseils, l’OIM réitère la nécessité de trouver des approches inclusives et appelle les pays à s’assurer que les migrants et d’autres non-ressortissants soient pris en compte dans la planification et les messages de santé publique.

Conformément aux principes de santé internationaux, le Comité d’urgence de l’OMS a également mis en garde contre des actions qui encouragent la stigmatisation ou la discrimination.

« L’information est essentielle et cela signifie de continuer à partager des informations rapides et précises, en fonction de principes de santé publique sains », a souligné le Dr. Nenette Motus, Directrice régionale de l’OIM pour l’Asie et le Pacifique. « Il est important de travailler ensemble pour prévenir la stigmatisation injustifiée des voyageurs internationaux. »

Pour plus d’informations, veuillez contacter Yasmina Guerda, OIM Genève, Tel. +41 79 363 17 99, email : yguerda@iom.int