L’OIM a sensibilisé 500 000 personnes à la migration irrégulière en Ethiopie

Posted: 
06/20/17
Themes: 
Capacity Building, Integrated Border Management

Ethiopie - De l’objectif initial de 200 kebeles (districts) en Ethiopie, « Conversations Communautaires (CC) » – un projet pilote de sensibilisation communautaire – a déjà atteint 510 kebeles, soit plus de 500 000 personnes, en Ethiopie ces trois dernières années.

Lancé en 2014 par l’OIM en Ethiopie et par le gouvernement éthiopien, le programme de sensibilisation CC est l’un des différents outils de sensibilisation qu’utilise l’OIM en plus du théâtre forum et de la formation par les pairs. Ces approches sont jugées efficaces car elles permettent d’atteindre les zones isolées qui n’auraient pas accès à l’information par des moyens de communication classiques.

Lors d’un récent atelier à Adama, en Ethiopie, les partenaires du gouvernement et les facilitateurs du programme CC ont affirmé que ce dernier permettait effectivement d’atteindre les communautés. Ils ont indiqué que l’initiative aidait les communautés à réfléchir de manière approfondie aux normes sociales qui perpétuent la migration irrégulière, et à remettre en cause les mauvaises informations à ce sujet.

Parmi les participants figuraient des facilitateurs du programme CC, des membres du personnel du Bureau du travail et des affaires sociales, des fonctionnaires du Ministère du travail et des affaires sociales, et des administrateurs régionaux. D’après eux, le programme pilote a été très efficace, atteignant plus de 500 kebeles en peu de temps, dans plusieurs zones isolées d’Ethiopie. Le programme est également considéré comme une approche universelle en faisant participer les dirigeants religieux, les aînés et les rapatriés.

En plus de sensibiliser et de modifier les comportements à risque des jeunes au sein des communautés ciblées, l’initiative a largement contribué à faire diminuer le nombre d’abandons scolaires. Elle a également permis d’accroître les poursuites contre les trafiquants et les passeurs, maintenant que les membres de la communauté commencent à voire clairement l’impact négatif des trafiquants. Des administrateurs des régions de Tigray, d’Amhara et d’Oromia ont déclaré que dans les secteurs où le programme CC a été déployé, un changement des perceptions de la migration irrégulière a été observé.

« Nous voyons un changement dans la communauté », a déclaré l’un des administrateurs. « « Notre société décourage la migration irrégulière. « Conversations communautaires » est aujourd’hui devenu la norme pour de nombreux kebeles. »

Malgré ces bonnes expériences dans les trois régions, Getachew Mulgeta, de la Région des Nations, nationalités et peuples du Sud, a fait remarquer que le nombre de migrants irréguliers avait baissé. « Le problème est que les partenaires ne reconnaissent pas la migration irrégulière comme un problème majeur. L’autre problème est de ne pas pouvoir agir aussi vite que le problème ne grandit », a expliqué un représentant de la région.

L’Atelier consultatif national sur les conversations communautaires a été organisé dans le but d’évaluer les accomplissements de cette approche unique et d’apprendre des expériences précédentes.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Alemayehu Seifeselassie, Bureau de liaison spécial de l’OIM à Addis-Abeba, Ethiopie, Tel : +251 911 63 90 82, Email : salemayehu@iom.int

 

 

  • A Community Conversation (CC) outreach programme at Butajira, Ethiopia. Photo: IOM 2017