L’OIM soutient la construction d’un centre de protection pour les migrants vulnérables en Zambie

Posted: 
01/09/18

Sesheke - L’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, soutient le gouvernement de Zambie dans la ville frontalière de Sesheke, qui accueillera des migrants irréguliers vulnérables, en particulier des femmes et des enfants, et permettra ainsi d’éviter une détention inutile. 

Le centre recevra des signalements de migrants vulnérables et leur fournira des services indispensables, notamment des soins de santé, afin de trouver des solutions durables comme le retour des migrants dans leur pays ou région d’origine.

Sesheke, ville frontalière située entre la Zambie et la Namibie, est aussi un district d’origine et de transit pour les migrants faisant partie de flux dits « composites ». Il s’agit aussi bien de victimes de traite, de réfugiés que de demandeurs d’asile et de migrants irréguliers, dont bon nombre nécessitent une protection.

« Le gouvernement s’efforcera de fournir des services de protection adéquats aux migrants vulnérables car ils font partie d’un groupe marginalisé. Nous devons les protéger, faire respecter leurs droits et permettre leur accès à des services de protection adéquats », a déclaré Emerine Kabashi, Ministre du développement communautaire et de la protection sociale, lors de l’inauguration du centre de protection à Sesheke, la semaine dernière (04/01).

Le district frontalier présente des dynamiques migratoires caractérisées par un niveau élevé de pauvreté et de chômage, qui sont eux-mêmes liés à des facteurs environnementaux comme la pluviosité irrégulière.

Ces dures réalités contraignent de nombreux Zambiens à migrer vers d’autres régions du pays et à traverser les frontières vers les pays voisins à la recherche d’opportunités et d’une vie meilleure. Certains finissent inéluctablement par être exploités.

Le district ne dispose pas de mécanismes adéquats pour identifier et orienter les migrants vulnérables auprès des services compétents. La coordination entre les acteurs n’est pas assez solide et de nombreux migrants vulnérables, y compris des enfants, finissent dans des centres de détention en raison de l’absence de services de protection, notamment d’abris.

Lors de la cérémonie d’inauguration, la Ministre a également lancé la Stratégie de communication de la Zambie sur les migrations composites et la traite d’êtres humains. Intitulée « Know Before You Go (Informez-vous avant de partir) », elle est destinée à s’assurer que les migrants, ou les migrants potentiels, disposent d’informations pertinentes avant de prendre leur décision, quelle que soit leur intention.

« La prévention de la traite nécessite des connaissances et une compréhension des dynamiques de traite mais pour les communautés, il s’agit de connaître les dangers potentiels et les stratégies de migration sûre. En bref : informez-vous avant de partir ! », a déclaré Marianne Lane, chef de mission de l’OIM en Zambie.

Marianne Lane a tenu le même discours que William Lacy Swing, Directeur général de l’OIM, qui a déclaré que : « la migration n’est pas un problème à régler mais une réalité à gérer. En outre, la migration est inévitable et souhaitable lorsqu’elle est bien gérée. »

Le projet est financé par le Bureau de la population, des réfugiés et des migrations (PRM) du Département d’Etat américain, Irish Aid, le DFID et les gouvernements de Suède et de Finlande dans le cadre de leur soutien au Programme conjoint des Nations Unies sur la protection sociale (qui regroupe les efforts de l’OIT, de l’OIM, de la FAO, du PAM et de l’UNICEF).

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’OIM en Zambie, Bertha Kalyocha Nguvulu, Tel : +260 211 254 055, Mobile : +260 975 766 486; Email : bnguvulu@iom.int

  • Annie Lane, IOM Zambia Chief of Mission, during the Ground-Breaking Ceremony of the protective shelter in Sesheke on 4 January 2018. Photo: UN Migration Agency (IOM)