L'OIM soutient les personnes déplacées alors que la situation se détériore après les inondations au Tadjikistan

Posted: 
07/28/15

Tajikistan - Les températures estivales anormalement élevées au Tadjikistan ont provoqué une importante fonte glacière, provoquant des coulées de boue et des inondations.

Le district de Shughnon, dans l’Oblast autonome de Gorno-Badakhsan (GBAO), région isolée et montagneuse à la frontière de l’Afghanistan, fait partie des zones les plus sinistrées. Plus de 50 maisons ont été détruites, provoquant l’exode de 620 personnes vers le camp de Manem et l’école de Manem transformée en refuge. Les dégâts infrastructurels à grande échelle causés aux routes et aux ponts rendent les opérations de secours encore plus difficiles.

L'OIM au Tadjikistan œuvre en coopération étroite avec les partenaires locaux et internationaux pour faire face à la situation. Jusqu'ici, l'OIM a fourni des câbles et des équipements électriques au camp, ainsi que des bancs et des tables pour l'espace repas du camp. Malgré les efforts déployés sur le terrain, d'importantes lacunes demeurent, principalement dans la gestion et la coordination des camps (CCCM).

L'OIM coordonne également avec le Comité des situations d'urgence du Tadjikistan (COES) afin d'obtenir du carburant pour aider à nettoyer les routes. Des routes vitales qui relient l’Oblast au reste du Tadjikistan et également à la frontière chinoise ont été complètement inondées ou bloquées par des éboulements. Deux ponts dans l’Oblast sont devenus inutilisables depuis la catastrophe.

« L'OIM coopère étroitement avec les partenaires afin d'aider ces familles déplacées par la catastrophe dans l’Oblast et actuellement réfugiées dans le camp de Manem. Un autre camp a été établi pour les familles touchées par les glissements de terrain dans la vallée du Rasht et nous avons été sollicités pour fournir une aide d'urgence et une expertise en matière de coordination et de gestion des camps », a déclaré Tajma Kurt, chef de mission de l'OIM au Tadjikistan.

« Nous travaillons actuellement avec le siège de l'OIM à Genève en vue de déployer un spécialiste de l'OIM qui fournira une aide sur le terrain et dispensera une formation au personnel du camp, mais également à tous les partenaires du gouvernement et du développement concernés, afin de mieux se préparer à répondre à des situations d'urgence similaire à l'avenir », a-t-elle ajouté.

Par le biais de l'appel consolidé aux donateurs au Tadjikistan coordonné par l’OCHA, l'OIM demande 33 245 dollars pour pouvoir acheter des fournitures liées à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène (WASH) et des articles d'aide non alimentaire pour le camp de Manem.

Il existe un risque élevé de détérioration de la situation, car les coulées de boue dans le village de Barsem dans le district de Shughnon se sont précipitées dans la rivière Gunt, bloquant son flux habituel en créant un barrage artificiel. En conséquence, le niveau de la rivière s’élève dangereusement et l'éclatement du barrage artificiel inonderait totalement le principal foyer de population de l’Oblast (Khorog, 30 000 habitants).

La situation pourrait être aggravée par d'autres événements du côté afghan de la frontière, où les opposants armés au gouvernement ont envahi un district proche de la frontière tadjike englobant la zone sinistrée par les inondations, ce qui accroît la probabilité de mouvements transfrontaliers depuis l'Afghanistan.

L'OIM continuera de travailler avec ses partenaires gouvernementaux, internationaux et non gouvernementaux en vue d'aider les populations touchées.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Teddy Noel-Hill, OIM Tadjikistan, Tel: +992 90 000 5028, Email: enoelhill@iom.int

Local residents in the Gorno-Badakhshan Autonomous Oblast (GBAO) in Tajikistan try to move to safety and escape flood-affected areas. Photo : FOCUS Humanitarian Assistance