L’OIM termine l’enregistrement des déplacés internes au camp de Nahibly en proie au conflit en Côte-d’Ivoire

Posted: 
07/26/12

En partenariat avec le HCR, l’OIM a terminé
l’enregistrement de près de 3 000
déplacés internes, au camp de Nahibly,
géré par le HCR et situé à
l’ouest de la Côte-d’Ivoire.

Le camp a été le théâtre de violences
intercommunautaires la semaine dernière. Des groupes
armés ont saccagé et pillé le site, tuant sept
personnes et mettant le feu aux bâtiments. Au moment de
l’attaque, le camp accueillait 5 000 victimes
déplacées par les violences postélectorales de
2010 en Côte-d’Ivoire.

L’enregistrement permettra de distribuer de l’aide
non alimentaire, à savoir des couvertures, des ustensiles de
cuisine, des matelas, des jerricans, des moustiquaires et des
tablettes de purification de l’eau, dont les
déplacés auront besoin lorsqu’ils rentreront
dans leurs lieux d’origine.

Nahibly est le dernier camp de déplacés en
Côte-d’Ivoire. Au plus fort de la violence, 35 camps de
déplacés étaient installés à
travers le pays, accueillant plus de 59 000 victimes de la
violence. L’OIM gérait dix d’entre eux, qui ont
tous été fermés pendant le premier trimestre
2012, après la décision prise par les
déplacés de rentrer chez eux suite au retour de la
sécurité.

Dans le même temps, l’OIM fournit,
aujourd’hui, 27 juillet, un moyen de transport à
quelque 1 550 réfugiés libériens qui vivaient
en Côte-d’Ivoire depuis la guerre civile au
Libéria. La guerre avait commencé en 1989 et a
duré 14 ans.

Deux convois quitteront les centres de transit de Guiglo et de
Tabou, situés respectivement à l’ouest et au
sud-ouest du pays, près de la frontière avec le
Libéria.

Pour plus d’informations, veuillez contacter

David Coomber

OIM Côte-d’Ivoire

Tel. +22522528200

Email: "mailto:dcoomber@iom.int">dcoomber@iom.int