L’UE attribue 2 millions d’euros supplémentaires à l’OIM pour l’amélioration d’infrastructures essentielles dans les camps

Posted: 
06/14/19
Themes: 
Internally Displaced Persons, Migrant Assistance

Erbil - Cinq ans après le début de la crise avec l’EI et le déplacement interne massif qui s’en est suivi, plus de la moitié du million d’Iraquiens déplacés vivent toujours dans des camps. 

L’Union européenne (UE) attribue 2 millions d’euros supplémentaires à l’OIM pour améliorer les infrastructures essentielles dans les camps de déplacés internes. Cela porte à 5 millions d’euros le montant total de la contribution humanitaire de l’UE à l’OIM en Iraq pour 2019. 

Grâce à ce don supplémentaire, l’OIM pourra améliorer les conditions de vie des résidents des camps en coordination avec le gouvernement d’Iraq et les autorités locales. L’OIM rénovera les routes et les réseaux d’égouts dans trois camps de Jad’ah, près de Mossoul, dans le gouvernorat de Ninive. 

Les camps de Jad’ah accueillent actuellement plus de 8 600 familles (environ 35 000 individus), dont la majorité proviennent des districts d’Hatra, de Mossoul, d’Al-Ba’aj et de Telafar, à Ninive. Ces familles font partie des plus vulnérables d’Iraq. Le retour dans leurs lieux d’origine n’est pas envisageable dans un futur proche pour diverses raisons, notamment les dégâts causés à leurs habitations, l’insécurité persistante, l’accès limitée à l’emploi et les services de base limités dans leurs villes d’origine. 

Bien que de nombreuses familles déplacées aient pu rentrer chez elles, nous ne pouvons pas oublier ceux qui restent dans les camps. S’assurer que les personnes déplacées par les affrontements aient accès à l’aide humanitaire reste une priorité pour l’UE en Iraq », a déclaré Christos Stylianides, Commissaire européen à l’aide humanitaire et à la gestion des crises.  

Lors du pic de la crise entre 2014 et 2017, l’OIM et ses partenaires humanitaires en Iraq ont installé des camps pour loger des dizaines de milliers de familles fuyant l’EI, dans des tentes érigées souvent dans la rapidité en raison de l’urgence de la situation. Les infrastructures dans ces camps se sont depuis dégradées et nécessitent des améliorations et réparations. 

« Avec notre contribution, nous espérons améliorer les conditions de vie des Iraquiens qui sont toujours en situation de déplacement prolongé et nous encourageons les autres partenaires de la communauté humanitaire à faire de même. En 2019, nous nous réjouissons de continuer à répondre à ces besoins urgents en partenariat avec l’OIM », a ajouté le Commissaire Stylianides. 

Cette contribution humanitaire de l’UE complètera le précédent don de 3 millions d’euros, reçu en mars 2019 et utilisé pour mener à bien des activités d’entretien essentiel dans les camps à travers l’Iraq, afin de remplacer les articles ménagers de base pour les populations des camps et leur distribuer des kits de secours contenant des sets de cuisine, des couvertures et des matelas. 

« Les conditions dans de nombreux camps en Iraq ont empiré au cours de l’année écoulée en raison de l’usure naturelle et de l’investissement limité. Les camps restent en service plus longtemps que prévu et nécessitent désormais un entretien et des améliorations », a déclaré Gerard Waite, chef de mission de l’OIM. 

« Cette contribution supplémentaire de l’UE permettra à l’OIM de fournir une aide indispensable dans certains des camps les plus peuplés, qui accueillent les familles déplacées qui sont parmi les plus vulnérables et qui n’ont aucune perspective de rentrer chez elle à court ou moyen terme. » 

Le retour est particulièrement difficile pour les familles vulnérables, notamment pour celles se trouvant en situation de déplacement prolongé, qui, après des années de déplacement, ont épuisé leurs ressources et n’ont pas les moyens de reconstruire leur maison.

L’UE (à travers son Service à la protection civile et aux opérations d’aide humanitaire) et l’OIM en Iraq entretiennent un partenariat stratégique pour fournir des services de gestion et d’entretien des camps, améliorer les infrastructures, fournir une aide pour la construction d’abris et distribuer de l’aide non alimentaire à l’intérieur et à l’extérieur des camps en Iraq depuis 2014, pour un budget total de plus de 36 millions d’euros, au profit de plus de 700 000 bénéficiaires directs et indirects. 

Les deux organisations continuent de jouer un rôle primordial dans le soutien continu aux familles se trouvant en situation de déplacement prolongé tout en se coordonnant pour trouver des solutions à plus long terme pour ces populations de déplacés internes. 

A travers l’Iraq, plus de 1,6 million d’Iraquiens continuent d’être déplacés suite au conflit avec l’EI. Parmi ceux qui étaient déplacés, plus de 4,2 millions ont pu rentrer dans leur lieu d’origine, d’après la Matrice de suivi des déplacements de l’OIM en Iraq. 

Pour consulter les chiffres et analyses sur le déplacement en Iraq, rendez-vous sur http://iraqdtm.iom.int/ 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Sandra Black, OIM Iraq, Tel. +964 751 234 2550, email : sblack@iom.int

  • Des déplacés iraquiens dans le camp de la piste d’atterrissage de Qayara, au sud de Mossoul, transportent les articles d’aide non alimentaire reçus de l’OI. Photo : OIM

  • Le camp de Laylan, à l’est de Kirkuk, n’était auparavant connecté qu’au réseau électrique national. Les tentes et les latrines n’étaient éclairées que quelques heures par jour. Avec l’aide de l’UE, le camp a été relié à des générateurs locaux pour mieux l’alimenter en électricité, en particulier la nuit. Photo : OIM/Anjam Rasool

  • Avec le soutien de l’UE, l’OIM a connecté le camp de Laylan - en particulier les latrines et les espaces publics - à des générateurs locaux pour augmenter les heures d’électricité disponibles, notamment la nuit. Photo : OIM/Anjam Rasool

  • Quelque 7 000 Iraquiens déplacés vivent dans le camp de Laylan, à l’est de Kirkuk, dont la plupart depuis 2014. Le camp n’était auparavant connecté qu’au réseau électrique national. Les tentes et les latrines n’étaient éclairées que quelques heures par jour. Avec l’aide de l’UE, à travers son Service à la protection civile et à l’aide humanitaire, le camp a été relié à des générateurs locaux pour mieux l’alimenter en électricité, en particulier la nuit. Photo : OIM/Anjam Rasool

  • Quelque 7 000 Iraquiens déplacés vivent dans le camp de Laylan, à l’est de Kirkuk, dont la plupart depuis 2014. Le camp n’était auparavant connecté qu’au réseau électrique national. Les tentes et les latrines n’étaient éclairées que quelques heures par jour. Avec l’aide de l’UE, à travers son Service à la protection civile et à l’aide humanitaire, le camp a été relié à des générateurs locaux pour mieux l’alimenter en électricité, en particulier la nuit. Photo : OIM/Anjam Rasool