Lutter contre la traite d’êtres humains au Tadjikistan

Posted: 
07/23/19
Themes: 
Counter-Trafficking

Douchanbé - A ce jour cette année, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Tadjikistan a fourni une aide directe à 17 victimes de traite et a prévenu huit autres cas de traite potentielle, dont la plupart était des hommes. Il s’agit d’une forte hausse par rapport à 2018, année durant laquelle l’OIM au Tadjikistan a aidé 20 ressortissants tadjiks adultes, dont 19 femmes, à rentrer chez eux et à accéder à l’aide à la réintégration. 

Bon nombre de ces victimes ont été secourues de situations d’exploitation sexuelle ou d’exploitation du travail aux Emirats arabes unis et au Royaume d’Arabie saoudite. 

Compte tenu de ces cas dans cet Etat enclavé d’Asie centrale, des initiatives de haut niveau sont organisées par l’OIM au Tadjikistan pour célébrer la Journée mondiale de lutte contre la traite, qui a lieu chaque année le 30 juillet. 

Un jour avant la commémoration, les principales équipes de débat de jeunes de tout le Tadjikistan se réuniront à Douchanbé, la capitale, pour concourir à un tournoi de débat national de deux jours. Le thème : la traite d’êtres humains, qui vise à sensibiliser la société tadjike à la traite d’êtres humains et à la nécessité de protéger les droits des victimes. 

La manche finale du tournoi rassemble 36 étudiants de l’enseignement secondaire et supérieure de Douchanbé et des districts de Sughd, de Badakhshon et de Khatlon. Les finalistes ont gagné les manches qualificatives au niveau du district à travers des débats sur le travail des enfants et les droits des enfants, sur les avantages et les risques de la migration et sur les droits des migrants. 

La lutte contre la traite au Tadjikistan et la consolidation du système de soutien du pays centré sur la victime sera également au cœur d’une conférence académique qui se tiendra le 30 juillet à l’Université nationale du Tadjikistan (TNU), organisée par l’OIM en partenariat avec le Centre de formation national de la TNU sur la lutte contre la traite d’êtres humains et avec le Comité interministériel de lutte contre la traite. 

Les groupes de réflexion, le milieu universitaire et les agences gouvernementales expliqueront leurs efforts centrés sur la victime et leur expérience tout en débattant des nouvelles utilisations de la technologie pour lutter contre ces crimes au Tadjikistan. Parmi les autres thèmes à l’ordre du jour figurent : la représentation juridique des victimes pendant les enquêtes et les poursuites ; l’aide aux victimes ; la prévention de la re-victimisation et de la stigmatisation ; l’utilisation d’internet dans la prévention de la traite d’êtres humains et de la migration irrégulière ; les meilleures pratiques mondiales et régionales, et les engagements internationaux du Tadjikistan. 

« La plupart des victimes aidées par l’OIM sont renvoyées vers nous par les autorités tadjikes grâce à notre coopération étroite dans la détection et la protection des victimes. Nous sommes également fiers et honorés de notre partenariat avec la société civile tadjike. Notre coopération avec plus de 20 organisations non gouvernementales autour du pays s’est renforcée grâce à plusieurs années de travail dans la fourniture d’une aide juridique, médicale, éducative et psychologique aux victimes », a expliqué Cristina Gheorghe Tranca, chef de mission de l’OIM au Tadjikistan. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Abdulfattoh Shafiev, OIM Tadjikistan, Tel. +992 48 7010222, email : ashafiev@iom.int

  • Des jeunes participants au concours de débat national sur la lutte contre la traite organisé par l’OIM dans la ville de Khujand.