Plus de 1,7 million de personnes déplacées en raison du conflit ont besoin d'une aide d’urgence dans le nord de l'Ethiopie

Posted: 
05/25/21

Addis-Abeba - Plus de 1,7 million de personnes déplacées en raison du conflit ont besoin d'une aide d’urgence à travers 265 lieux accessibles de la région du Tigré, en Éthiopie, et des régions voisines d'Afar et d'Amhara, selon les données recueillies par la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Ces données révèlent la mesure dans laquelle les personnes ont fui vers les villes à la recherche d’une aide humanitaire et d’un accès aux services essentiels. Il s'agit de la cinquième évaluation de ce type menée par l'OIM dans la région.

Les chiffres ont été recueillis dans le cadre d'une évaluation mensuelle des sites d'urgence, mise en œuvre depuis le début du conflit dans le nord de l'Ethiopie en novembre 2020. L'évaluation, réalisée du 1er au 22 avril, montre qu'il y a environ 1 645 944 déplacés internes dans la région du Tigré, 48 420 dans la région d'Afar et 20 812 dans la région d'Amhara.

Ces données ne sont qu'une indication des déplacements dans les zones accessibles aux recenseurs de l'OIM. De nombreuses sections des zones du nord-ouest, du centre, de l’est et du sud de la région du Tigré restent hors de portée des partenaires humanitaires en raison de l'insécurité persistante.  

La plus forte concentration de personnes déplacées se trouve à Shire, où 575 115 déplacés internes résident dans des abris collectifs surpeuplés, notamment dans des écoles, au sein de la communauté d'accueil et dans des espaces à ciel ouvert. La majorité d'entre elles sont originaires de l'ouest et du nord-ouest du Tigré. Les autres zones urbaines présentant une forte concentration de déplacés sont Adwa (188 910), Sheraro (165 223) et la zone de Mekele (200 909).

Selon l'analyse des données de la DTM et des partenaires, il y a un besoin urgent de faire face à l'insécurité alimentaire croissante, en particulier pour l’aide aux personnes déplacées, ainsi que pour la fourniture d’abris, d'eau, d’assainissement, d'hygiène et d'autres articles non alimentaires dans les sites surpeuplés de la zone touchée par le conflit.

Depuis le début de la crise, l'OIM surveille la situation humanitaire et celle du déplacement par le biais d'évaluations mensuelles en fonction des zones, qui recensent le nombre de personnes déplacées, leurs emplacements et leurs besoins pour éclairer la réponse humanitaire plus large.  

L'OIM continuera d'étendre la couverture de son évaluation dans le nord afin que les besoins d'un plus grand nombre de déplacés internes puissent être évalués. Depuis 2018, la DTM est la source officielle des données sur le déplacement en Éthiopie. L’équipe de la DTM travaille en collaboration avec la Commission nationale éthiopienne de gestion des risques de catastrophe (NDRMC).  

Le rapport de l'OIM en Éthiopie sur le 5e cycle d'évaluation des sites d'urgence peut être consulté ici.

Les activités d'évaluation de la DTM sont financées par le Service de l’UE à la protection civile et opérations d'aide humanitaire européennes (ECHO), l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et le gouvernement allemand.  

Pour plus d'informations, veuillez contacter Kaye Viray, OIM Ethiopie, Email : [email protected], ou Sarah Choong, OIM Ethiopie, Email : [email protected]

  • Une école secondaire à Mekelle, dans la région du Tigré, qui accueille actuellement 8 000 déplacés internes. Photo : OIM Ethiopie