Rapport de l'OIM : L'Éthiopie recense plus de 1,8 million de déplacés internes en 2020

Posted: 
09/15/20
Themes: 
Internal Displacement

Addis-Abeba - Selon un nouveau rapport sur le déplacement interne publié par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), on dénombre aujourd’hui plus de 1,8 million de déplacés internes en Ethiopie.

Le rapport, qui a été achevé en septembre et approuvé par les autorités éthiopiennes, contient des données recueillies entre juin et juillet 2020 grâce à l'évaluation de plus de 1 200 sites de déplacés internes et plus de 1 200 villages où les déplacés internes seraient rentrés.

La principale cause de déplacement : le conflit, qui a déplacé 1 233 557 personnes à travers tout le pays. La deuxième cause : la sécheresse, qui a déplacé 351 062 personnes, suivie des inondations saisonnières (104 696 déplacés internes) et des inondations éclair (50 093).

La Matrice de suivi des déplacements (DTM) a obtenu, pour la première fois, l'autorisation de déployer son outil d'évaluation des sites dans la région des nations, nationalités et peuples du Sud (RNNPS) et dans la région Sidama, récemment établie dans le pays. Au total, 93 982 déplacés internes ont été recensés dans les deux régions où 66 994 déplacés internes (71%) ont été déplacés en raison du conflit et 26 988 (29%) en raison d'inondations soudaines.

L'évaluation des régions peut varier d'un exercice à l'autre en raison de l'insécurité, de l'inaccessibilité des routes et des problèmes liés au climat. Cependant, grâce à son évaluation des sites, la DTM a pu couvrir les 11 régions d'Ethiopie lors de cet exercice, comprenant Afar, Amhara, Benishangul-Gumuz, Dire Dawa, Gambela, Harari, Oromia, Sidama, RNNPS, Somali et Tigré.

Le rapport associe les résultats de l'évaluation des sites de l'OIM qui suit le nombre de déplacés internes et l'outil d'évaluation des villages de l'OIM qui recense le nombre de déplacés internes retournant dans leurs communautés et leurs besoins.

Le sondage d'évaluation des villages évalue également la capacité des villages à absorber les retours grâce à la disponibilité des services, en mettant l'accent sur les moyens de subsistance et la réintégration. 

Le gouvernement mène un projet de retour depuis avril 2019 suite au pic de 3,04 millions de déplacés internes recensés en mars 2019. Grâce à l'outil d'évaluation des villages, 1 400 892 déplacés internes au total ont été identifiés à travers le pays. Une grande majorité d'entre eux (1 328 652 personnes, soit 95 pour cent du total) avaient été initialement déplacés en raison du conflit.

L'OIM en Ethiopie déploie son outil d'évaluation des sites depuis 2016 et son outil d'évaluation des villages depuis juin 2019.

« Nous sommes heureux de continuer à fournir des données complètes et fiables sur les déplacés internes et les personnes déplacées de retour dans tout le pays par le biais de notre Rapport national sur le déplacement. Nous espérons que ces données seront bien utilisées pour éclairer les réponses humanitaires et orienter l'élaboration de politiques », a déclaré Sarah Choong, coordonnatrice par intérim de la DTM en Ethiopie.

Les données et le rapport sont utilisés pour aider les responsables du gouvernement national et des autorités régionales et locales à suivre la situation instable en matière de mobilité en Éthiopie. La Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l'OIM travaille en étroite collaboration avec la Commission nationale de gestion des risques de catastrophe (NDRMC), pour sa composante du suivi de la mobilité, dans laquelle s'inscrivent les sondages d'évaluation des sites et des villages. L’équipe de la DTM travaille également avec le Ministère du travail et des affaires sociales (MoLSA) pour sa composante du suivi des flux qui recense les flux migratoires entrants et sortants et les tendances dans les endroits clés du pays où la mobilité est élevée.

Outre le gouvernement, les données recueillies par la Matrice de suivi des déplacements sont également partagées avec les acteurs humanitaires pour éclairer les programmes, la planification stratégique, les réponses humanitaires ciblées et à des fins de sensibilisation. Les données sont également utilisées dans des documents institutionnels, notamment dans l’Aperçu des besoins humanitaires et dans le Plan de réponse humanitaire.

Cet exercice de la DTM de l'OIM a été rendu possible grâce au soutien du Service à la protection civile et opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO), du gouvernement allemand et de l'Agence suédoise pour la coopération internationale au développement (Sida). 

Consultez le Rapport national sur le déplacement 5 ici (en anglais).

Pour plus d'informations, veuillez contacter l'OIM en Ethiopie : Sarah Choong, Email : schoong@iom.int ou Kaye Viray, Email : kkviray@iom.int

  • Un recenseur de l'OIM recueille des données dans la région d'Oromia en utilisant sur la méthodologie de la Matrice de suivi des déplacements (MSD). Les données recueillies comprennent les besoins multisectoriels et les impacts de la COVID-19 sur les déplacés internes. Photo : OIM