Renforcer l’intégration de la main-d’œuvre vénézuélienne dans le secteur privé au Chili

Posted: 
02/19/19
Themes: 
Labour Migration

Santiago – Natura, une entreprise brésilienne considérée comme le premier fabricant de cosmétiques en Amérique latine, est connue à travers la région pour son engagement en faveur de la durabilité et de la diversité.

Par l’intermédiaire de sa filiale au Chili, elle est désormais aussi connue pour ses efforts visant à soutenir l’intégration professionnelle des migrants et des réfugiés dans ce pays.

Au titre de cet engagement, l’Organisation internationale pour les migrations a dispensé, le jour de la Saint-Valentin (14/02), un atelier de formation afin de renforcer la résilience des travailleurs migrants. La formation a été dispensée à 12 Vénézuéliens, qui composent actuellement la majorité des employés d’origine étrangère parmi les employés de la filiale chilienne de Natura.

Cette activité a été développée grâce au travail de l’OIM avec ONU Femmes au Chili et son Programme gagnant-gagnant dans le but de promouvoir l’intégration et la qualité de vie et de générer un environnement solidaire.

« Nous remercions les Chiliens qui reçoivent, accueillent et aident les Vénézuéliens à se positionner sur le marché du travail car le principal défi actuellement est d’apprendre à nous adapter à une culture différente, tout en apportant l’expérience et les connaissances de notre pays », a déclaré María Erminia Mirena, une Vénézuélienne qui travaille pour l’équipe de Natura depuis ces trois derniers mois.

Le Ministère de l’intérieur chilien et l’Institut national des statistiques du Chili ont récemment révélé que depuis le 31 décembre 2018, 1 251 225 étrangers résident dans le pays, représentant 6,6 pour cent de la population totale. Parmi eux, les Vénézuéliens sont majoritaires (23 pour cent) pour la première fois dans l’histoire du Chili, dépassant même le nombre de migrants en provenance du Pérou voisin (17,9 pour cent).

Natura, présente au Chili avec plus de 230 travailleurs, est opérationnelle dans les plus grands pays d’Amérique latine, notamment l’Argentine, le Pérou, la Colombie et le Mexique, créant des possibilités d’emploi pour plus de 6 800 personnes. Dans ce contexte, elle cherche à promouvoir la flexibilité du travail et des environnements culturels qui permettent l’expression de toute type de diversité.

« L’initiative que nous encourageons conjointement avec Natura au Chili est innovante car la main-d’œuvre comprend des professionnels du Venezuela, de Colombie, d’Argentine, de Cuba, de Bolivie et de France notamment. Cette activité est une bonne pratique qui peut être reproduite dans le reste des pays de notre région », a expliqué Norberto Girón, chef de mission de l’OIM au Chili.

« Il est très important pour nous de nous associer à une organisation internationale comme l’OIM. Nous sommes fermement convaincus que pour répondre aux besoins de la société et réaliser les changements en son sein, il est essentiel de créer des partenariats pour mener à bien des projets robustes afin de soutenir la population migrante et de lui donner les meilleurs outils avec des experts et des références », a déclaré Maria Sol de Cabo, Directrice des ressources humaines de Natura au Chili.

Pour plus d’informations, veuillez contacter José Estay, OIM Chili, Tel. + (56) 2 2963 3711, email : jestay@iom.int ou Carolina Fuentes, OIM Chili, Tel. + (56) 2 2963 3738, email : cfuentes@iom.int

  • Les Vénézuéliens sont actuellement le principal groupe de travailleurs étrangers dans la filiale chilienne du fabricant de cosmétiques Natura. Photo : Natura