Réunion de haut-niveau à Vienne : La fuite des cerveaux de l’Est vers l’Ouest provoque de nouveaux défis

Posted: 
10/08/19
Themes: 
Labour Migration

Vienne - Les pays d’Europe centrale et d’Europe de l’Est connaissent des changements radicaux dans leurs tendances migratoires, ce qui modifie la composition des communautés et qui provoque donc de nouveaux défis imprévus. C’est la conclusion qu’a tiré l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) lors d’une importante conférence sur la « fuite des cerveaux » au siège de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), lundi.

La nature changeante des tendances du monde du travail et de la démographie a un impact important sur les politiques de migration de main-d’œuvre au sein de la région. C’est ce qu’a fait remarquer Argentina Szabados, Directrice régionale de l’OIM pour l’Europe du Sud-Est, l’Europe de l’Est et l’Asie centrale, depuis le Palais de la Hofburg, à Vienne.

« La numérisation rapide du travail et ce que l’on appelle la « gig economy » ont une influence importante et souvent imprévisible », a fait remarquer Mme Szabados. « Les niveaux de migration actuelle et les tendances démographiques dans la région suggèrent que la migration continuera d’être une caractéristique déterminante de la région. Cela est particulièrement vrai pour les emplois que l’on ne peut ni délocaliser, ni automatiser.

La conférence était l’occasion pour les représentants des gouvernements, des agences des Nations Unies, des organisations internationales et des entreprises de faire le point sur l’évolution des schémas migratoires du capital humain, de réexaminer les cadres conceptuels existants et de renouveler leur coopération. Le dialogue de haut-niveau a également été l’occasion de débattre de nouvelles idées qui peuvent façonner les futures politiques tout en introduisant un lien entre entreprise et main-d’œuvre au débat contemporain.

L’événement était organisé par l’Initiative de coopération pour l’Europe du Sud, sous l’égide d’Alexander van der Bellen, Président fédéral de la République d’Autriche.

Tout en saluant les efforts accomplis pour accueillir et intégrer les travailleurs migrants dans le monde du travail en constante évolution, Argentina Szabados a mis en évidence les défis auxquels la société est confrontée : « nous devons reconnaître que l’intégration ne concerne pas uniquement les services que nous offrons aux immigrants mais aussi la manière dont nous concevons nos espaces publics, dont nous structurons notre politique de logement, dont nous organisons nos transports publics et dont nos médias communiquent. » Et d’ajouter : « les gouvernements qui appuient la mobilité de main-d’œuvre et les employeurs qui recrutent des travailleurs étrangers doivent œuvrer main dans la main avec les acteurs locaux pour développer des approches globales en vue de soutenir l’intégration des migrants et la cohésion sociale au sein des communautés. »

Pour plus d’informations, veuillez contacter Joe Lowry, Bureau régional de l’OIM pour l’Europe du Sud-Est, l’Europe de l’Est et l’Asie centrale, Tel. +436603776404, email : jlowry@iom.int

  • Argentina Szabados, Directrice du Bureau régional de l’OIM à Vienne, explique le phénomène de « fuite des cerveaux » lors d’un dialogue de haut-niveau au siège de l’OSCE à Vienne. Elle parlait au nom d’António Vitorino, Directeur général de l’OIM. Photo : OIM

  • Argentina Szabados, Directrice du Bureau régional de l’OIM à Vienne, explique le phénomène de « fuite des cerveaux » lors d’un dialogue de haut-niveau au siège de l’OSCE à Vienne. Elle parlait au nom d’António Vitorino, Directeur général de l’OIM. Photo : OIM