Suite à la montée de la violence, l’OIM intensifie ses efforts pour aider les personnes récemment déplacées au Nigéria

Posted: 
01/25/19
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Internally Displaced Persons

Maiduguri - Une récente montée de la violence dans l’Etat de Borno, au nord-est du Nigéria, a provoqué le déplacement massif de 56 770 personnes entre le 1er décembre 2018 et le 28 janvier 2019, d’après de nouvelles données obtenues par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui intervient en distribuant de l’aide et en conseillant les partenaires du gouvernement pour aider les Nigérians à faire face à cette situation. 

Les récentes attaques dans la ville de Rann, près de la frontière avec le Cameroun, les 14 et 27 janvier, ont provoqué des mouvements de population. Toutefois, le nombre de personnes déplacées reste inconnu.

Les attaques dans la ville de Baga et les tentatives d’attaque à Monguno par des groupes armés non-étatiques les 26 et 28 décembre 2018 ont provoqué des mouvements de population vers les camps déjà surpeuplés à Maiduguri, la capitale de l’Etat. D’autres ont fui vers des camps à Monguno même, ainsi que dans les zones de gouvernement local (LGA) en décembre.  

La crise humanitaire au nord-est du Nigéria a provoqué le déplacement de 1,8 million de personnes, dont près de 80 pour cent sont concentrées dans l’Etat de Borno. 

« J’ai fui ma ville natale car j’avais peur qu’il y ait une attaque. J’ai marché jusqu’à Monguno puis je suis montée à bord d’un camion qui m’a amenée au camp de Gubio (Maiduguri) avec mes enfants », a confié Hauwa, 50 ans, originaire du quartier de Doro, à Baga. « Ici, je me sens en sécurité mais je dors dehors et j’ai peu de nourriture. »

Ces mouvements de population mettent en évidence le besoin de terres supplémentaires comme Monguno pour décongestionner les camps - soit en en ouvrant de nouveaux, soit en agrandissant les camps existants.

Dans les LGA de Maiduguri, Monguno, Konduga et Jere, l’OIM organise des débats de groupe avec les déplacés internes et les membres de la communauté d’accueil pour évaluer le sentiment général concernant une proposition de relocalisation depuis le camp des enseignants du village vers un stade vide récemment identifié dans la ville. 

L’Organisation aide l’Agence de gestion de l’Etat (SEMA) à renforcer la gestion et la coordination des camps dans plusieurs sites de déplacement à Maiduguri. L’OIM dispose de stands d’information pour proposer un aiguillage vers les services aux déplacés internes, et recevoir les commentaires et plaintes des déplacés.

« En collaboration avec nos partenaires humanitaires, nous fournissons une aide aux nouveaux arrivants mais nos ressources actuelles ne sont pas suffisantes pour répondre aux besoins émergents », a déclaré Dave Bercasio, coordonnateur de l’urgence pour l’OIM au Nigéria.

Depuis fin décembre, l’OIM a distribué 957 kits pour construire des abris d’urgence et fournir un soutien à 4 306 nouveaux arrivants dans les camps de Bakasi (300 kits), de Gubio (300 kits) et de Teachers Village (357 kits). Les kits comprennent du bois, des bâches en plastique, de la corde et des outils de construction. Plus de 1 718 kits d’aide non alimentaire ont été distribués à 7 930 personnes récemment arrivées dans les camps de Teacher’s Village (1 293 kits), de Gubio (400 kits) et de Mogcolis (25 kits). A l’ouverture du nouveau camp prévu dans le stade international Mohammed Goni à Maiduguri, l’OIM distribuera 400 kits à 400 familles. Dans le camp du stade, l’OIM a commencé à construire 400 abris. 

En outre, l’OIM a démarré la construction de cinq abris communaux dans le centre d’accueil de Monguno et distribuera des kits pour la construction d’abris d’urgence à 475 familles à Monguno. L’OIM s’est également engagée à construire 500 abris d’urgence dans un nouveau camp qui sera installé à Maiduguri. 

Les équipes de santé mentale et de soutien psychosocial (SMSPS) fournissent les premiers soins psychosociaux, et proposent des enseignements informels, des cours de psychopédagogie aux soignants, des activités récréatives aux enfants et des activités de sensibilisation à la lutte contre la traite et aux violences faites aux femmes. Ces activités psychosociales ont profité à 11 891 nouveaux arrivants dans huit camps.

A travers l’Etat de Borno, l’équipe chargée de gérer l’outil de suivi de l’urgence de l’OIM continue de surveiller les rythmes du déplacement, d’enregistrer les déplacés internes qui ont besoin d’une aide humanitaire immédiate et de communiquer les données aux partenaires. L’OIM est déterminée à intensifier ses interventions pour répondre aux besoins croissants. 

Les organismes humanitaires au nord-est du Nigéria travaillent dans un environnement opérationnel de plus en plus complexe. Dans ces circonstances, l’OIM continue de fournir des abris d’urgence, une aide WASH, de l’aide non alimentaire, des activités CCCM, un renforcement des capacités et une aide SMSPS aux communautés touchées. Elle coordonne également les activités en matière d’aide à la gestion des catastrophes/CCCM, d’abris et d’aide non alimentaire.  

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Jorge Galindo, OIM Nigéria, Tel. +234 906 273 9168, email : jgalindo@iom.int

 

  • IOM distributes relief items to internally displaced persons in Ngala town, Borno State. Photo: IOM